Venezuela: Maduro accuse les États-Unis de vouloir provoquer une guerre en Amérique du Sud

© AFP
© AFP

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a accusé Washington d’essayer de monter de toutes pièces une crise pour entraîner une guerre en Amérique du sud, dans une interview avec la chaîne américaine ABC diffusée lundi.

« Ils essayent de monter de toutes pièces une crise afin de justifier l’escalade politique et une intervention militaire au Venezuela pour entraîner une guerre en Amérique du Sud », a indiqué le dirigeant socialiste, cité en anglais par ABC, à la suite d’un entretien réalisé en espagnol.

À propos de la réunion du Groupe de Lima à Bogota lundi, où se trouvaient le vice-président américain Mike Pence et l’opposant vénézuélien Juan Guaido, qui s’est autoproclamé président par intérim, M. Maduro a dénoncé une initiative faisant « partie de cette politique qui tente d’établir un gouvernement parallèle au Venezuela ».

Le Groupe de Lima, composé de pays hostiles au président Nicolas Maduro, a appelé au cours de cette rencontre à une transition démocratique au Venezuela. Il a dénoncé la « grave situation humanitaire », tout en écartant l’usage de la force envisagé par Washington, allié de l’opposant Juan Guaido.

Le gouvernement de Trump comparé au Ku Klux Klan

Dans cette entrevue, M. Maduro a aussi qualifié l’administration Trump de « gouvernement extrémiste du Ku Klux Klan », estimant que les États-Unis voulaient « le pétrole du Venezuela », et étaient « prêts à aller en guerre pour ce pétrole ».

Interrogé sur la possibilité d’autoriser l’opposant Guaido à revenir au Venezuela, Nicolas Maduro a indiqué que ce dernier devait « respecter les lois ».

« Il peut partir et revenir et il aura affaire à la justice parce que la justice lui a interdit de quitter le pays. »

Plus tôt dans la journée lundi, Mike Pence avait assuré Juan Guaido, reconnu président par intérim par une cinquantaine de pays, du soutien « à 100 % » des États-Unis, ajoutant que la Maison Blanche n’écartait aucune option contre Nicolas Maduro, dont les adversaires jugent la réélection frauduleuse.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Si le Myanmar annonce des mesures de retour et que le Bangladesh s’engouffre dans la brèche, non seulement peu de Rohingyas sont candidats au retour mais les experts internationaux confirme que les conditions ne sont pas réunies.

    Deux ans après, l’impossible retour des Rohingyas

  2. HOCKEY EUROHOCKEY FINAL BELGIUM VS SPAIN

    Maîtrise et sang-froid: les Red Lions sacrés champions d’Europe (vidéos)

  3. FRANCE G7 SUMMIT

    G7: Biarritz en état de siège, la ville où on apprend à attendre…

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • L’Amazonie en feu: Sa forêt? Nos poumons!

    Alors, #prayforamazonas. #prier pour l’Amazonie. C’est en apparence tout ce qu’il nous reste à faire. Car entre la bêtise du président (élu) d’un des plus grands pays de la planète (Jair Bolsonaro) et l’incapacité répétée des grands dirigeants du monde de faire bloc, il n’y a plus guère de place que pour l’incantation.

    Un ciel jaunâtre éclipse São Paulo, une eau de pluie noire déferle sur la ville brésilienne, et nous croisons les doigts. 74.000 feux ont été comptabilisés depuis janvier au Brésil,...

    Lire la suite