Venezuela: Maduro accuse les États-Unis de vouloir provoquer une guerre en Amérique du Sud

© AFP
© AFP

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a accusé Washington d’essayer de monter de toutes pièces une crise pour entraîner une guerre en Amérique du sud, dans une interview avec la chaîne américaine ABC diffusée lundi.

« Ils essayent de monter de toutes pièces une crise afin de justifier l’escalade politique et une intervention militaire au Venezuela pour entraîner une guerre en Amérique du Sud », a indiqué le dirigeant socialiste, cité en anglais par ABC, à la suite d’un entretien réalisé en espagnol.

À propos de la réunion du Groupe de Lima à Bogota lundi, où se trouvaient le vice-président américain Mike Pence et l’opposant vénézuélien Juan Guaido, qui s’est autoproclamé président par intérim, M. Maduro a dénoncé une initiative faisant « partie de cette politique qui tente d’établir un gouvernement parallèle au Venezuela ».

Le Groupe de Lima, composé de pays hostiles au président Nicolas Maduro, a appelé au cours de cette rencontre à une transition démocratique au Venezuela. Il a dénoncé la « grave situation humanitaire », tout en écartant l’usage de la force envisagé par Washington, allié de l’opposant Juan Guaido.

Le gouvernement de Trump comparé au Ku Klux Klan

Dans cette entrevue, M. Maduro a aussi qualifié l’administration Trump de « gouvernement extrémiste du Ku Klux Klan », estimant que les États-Unis voulaient « le pétrole du Venezuela », et étaient « prêts à aller en guerre pour ce pétrole ».

Interrogé sur la possibilité d’autoriser l’opposant Guaido à revenir au Venezuela, Nicolas Maduro a indiqué que ce dernier devait « respecter les lois ».

« Il peut partir et revenir et il aura affaire à la justice parce que la justice lui a interdit de quitter le pays. »

Plus tôt dans la journée lundi, Mike Pence avait assuré Juan Guaido, reconnu président par intérim par une cinquantaine de pays, du soutien « à 100 % » des États-Unis, ajoutant que la Maison Blanche n’écartait aucune option contre Nicolas Maduro, dont les adversaires jugent la réélection frauduleuse.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La course à pied a des arguments pour séduire
: . Ce sport ne demande pas une technique pointue, il se pratique facilement en extérieur et permet de s’entretenir. Autre grand avantage: il coûte peu. En tout cas à première vue.

    Le running, ce sport bon marché devenu un business juteux

  2. Le Sauvage.

    La Ducasse d’Ath doit-elle se passer du «Sauvage» jugé raciste?

  3. belgaimage-151155306-full

    Nafi Thiam: «J’essaie de ne pas trop penser à mon coude, je me concentre sur autre chose»

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: le {Culot} d’Arthur Masson

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé que le wallon reçoit, dans la bande dessinée, un traitement parallèle à celui dont a bénéficié le Brussels Vloms dans quelques albums d’Hergé. Ce même wallon peut-il parfois se retrouver dans des textes où il serait mélangé avec du français, à l’image du bruxellois « beulemans », hybride de flamand et de français ? Eh bien oui ! Quelques auteurs se sont illustrés naguère dans cet exercice, tantôt en créant un parler mixte wallo-français, tantôt en insérant des séquences de wallon dans un texte rédigé en majeure partie en français.

    Le premier cas de figure fera l’objet d’un prochain billet. Quant au second, il a été principalement illustré par un auteur quelque peu oublié des jeunes générations, mais dont le succès a été spectaculaire dans la seconde moitié du 20e siècle : Arthur Masson. Né en 1896 à Rièzes (...

    Lire la suite

  • La Flandre ne marche pas au son du canon

    Il y a plusieurs choses à retenir dans l’interview que nous accorde Bruno De Wever, historien très réputé et par ailleurs frère de Bart De Wever, le président de N-VA. Mais la plus importante est que ses propos sont identiques à ceux qu’il tient en Flandre. La contestation de la parole nationaliste n’est ainsi pas la spécialité de francophones obsessionnels, qui ne verraient les propositions de la N-VA que comme des provocations et des attaques en règle. Il y a au nord du pays nombre d’experts qui n’hésitent pas à monter au créneau pour...

    Lire la suite