Accueil Opinions Éditos

On est très chaud pour l’assemblée citoyenne

Béatrice Delvaux, éditorialiste en chef.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

Il y a deux façons de considérer le fossé qui sépare aujourd’hui la politique et les citoyens : soit on s’arrache les cheveux en constatant sa profondeur croissante, soit on le comble.

Ils sont de plus en plus nombreux à faire le choix de l’alternative – agir – et c’est une très bonne nouvelle. Les germanophones de Belgique décrochent la palme, en se posant en laboratoire pour le reste de l’Europe. Dès l’automne, ils institueront une nouvelle assemblée (un Sénat en quelque sorte) qui sera composée de citoyens tirés au sort. Le « Bürgerversammlungen » n’est pas la première initiative du genre en Belgique – la Wallonie et la Région bruxelloise ont déjà recours à des panels citoyens – mais c’est la plus construite et la plus puissante à ce niveau de pouvoir.

Chapeau !

Trois leçons à tirer à ce stade :

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Rahier Pierre, mardi 26 février 2019, 17:11

    Le « Bürgerversammlungen » (sic !) n’est pas la première initiative du genre en Belgique. L'éditrice en chef ne connaît pas l'allemand.

  • Posté par Philippe Steemans, mercredi 27 février 2019, 8:25

    Et quelles sont les autres initiatives?

  • Posté par Debrabander Jean, mardi 26 février 2019, 16:40

    "Certains vont dire que tout ça est plus facile pour une région dont la population tient dans une cabine téléphonique. Ils perdraient une magnifique occasion de se taire" Bel exemple de démocratie participative ...

  • Posté par Debrabander Jean, mardi 26 février 2019, 16:35

    "Certains vont dire que tout ça est plus facile pour une région dont la population tient dans une cabine téléphonique. Ils perdraient une magnifique occasion de se taire" Bel exemple de démocratie participative !

  • Posté par Philippe Arnould, mardi 26 février 2019, 13:36

    Mouais; Sachant que les travailleurs qualifiées, les entrepreneur, refuseront pour ne pas casser leur carrière/entreprise, il risque surtout d'y avoir ceux qui peuvent s'y investir : fonctionnaires, profs, associatif… On aura surtout des assemblées à majorité PTBistes, PS et des écolos qui voudront imposer leurs rêves chavistes…

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs