Bruxellois(es) de l’année 2018: le palmarès complet

© Mathieu Golinvaux - Le Soir
© Mathieu Golinvaux - Le Soir

Action politique, économie, société, culture et sports : qui sont les hommes et femmes bruxellois qui se sont illustré(e)s durant l’année écoulée ?

Les images de la cérémonie du Bruxellois de l’année 2018

Lauréate dans la catégorie économie, la ferme située sur les toits des abattoirs d’Anderlecht est le premier site d’agriculture urbaine hors sol. Sur une surface de 4.000m², on retrouve des serres horticoles, de la pisciculture et des potagers. Il s’agit de la plus grande ferme urbaine d’Europe. Elle doit produire annuellement plus de 30 tonnes de bars rayés, 16 tonnes de tomates cerises et 170.000 pots d’herbes aromatiques.

Dans la catégorie société, ce sont les infirmiers de rue qui ont été primés. Les infirmiers de cette association parcourent toute l’année les rues de Bruxelles pour venir en aide aux sans-abri. Cette année, ils ont mis sur pied un appel aux dons pour installer des habitats modulaires afin de loger des personnes vivant actuellement dans la rue. Le principe est de d’abord donner un logement tout en accompagnant la personne afin qu’elle reprenne pied.

C’est sans surprise que les Red Lions ont été récompensés dans la catégorie sports. L’équipe nationale de hockey sur gazon a fait vibrer toute la Belgique en devenant championne du monde le 16 décembre dernier, en Inde.

Au sortir des élections communales, Ecolo a augmenté son nombre de conseillers dans 18 des 19 communes de la Région bruxelloise. Les nouveaux élus verts participent à présent à 14 majorités et ont obtenu deux nouveaux bourgmestres, à Ixelles et à Forest. Des échevinats du climat ont aussi été créés dans plusieurs communes. Bruxelles a été submergée par une vague verte que peu avaient prédite. Sans conteste, Ecolo est le grand gagnant des dernières élections communales et donc la vague verte remporte donc la catégorie politique.

Face à Victor Polster, le Musée Kanal, Adeline Dieudonné et le musée d’Ixelles, c’est la jeune chanteuse bruxelloise Angèle qui a été primée dans la catégorie culture.

La chanteuse Angèle a également été élue Bruxelloise de l’année 2018. Actuellement à l’étranger, elle n’a pu assister à la céremonie et c’est donc par vidéo interposée que la chanteuse s’est adressée à la salle : « Merci beaucoup pour ce prix, c’était une année complètement folle pour moi et donc merci d’insister là dessus », a déclaré tout sourire, l’interprête de « Tout oublier » ou de « Ta reine ». « Je ne peux malheureusement pas être là ce soir car je suis en studio à l’étranger. cela me fait énorméement plaisir, évidemment, j’aurais aimé être là, cela fait longtemps que je n’ai plus été à Flagey ». Et la chanteuse de conclure en parlant de sa ville. « Bruxelles pour moi, c’est hyper important, ça reste ma ville, là où tout a commencé ».

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus de 290 personnes ont perdu la vie.

    Attentats au Sri Lanka: une nouvelle plaie ouverte dans l’histoire du pays

  2. Si l’épreuve du CEB peut-être stressante tant pour les parents que pour les élèves, le taux de réussite n’est jamais descendu en dessous de 85,5
%.

    CEB: des stages pour soutenir, motiver, encourager

  3. A Molenbeek, des participants au projet Aircasting ont organisé une manifestation sur la place communale pour sensibiliser la population et les politiques à la pollution de l’air.

    Mesurer la pollution, c’est dans le vent

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite