Alain Destexhe lance sa propre liste: le MR confirme son exclusion du parti

© Belga
© Belga

A lain Destexhe s’est exclu du MR en se présentant sur une autre liste », a affirmé mercredi matin le porte-parole du MR, Christophe Cordier, après la sortie du sénateur et député bruxellois dans un entretien accordé à la presse pour annoncer qu’il créait « un nouveau parti » de droite.

M. Destexhe a annoncé dans les colonnes de La Libre et La Dernière Heure qu’il lançait un nouveau parti baptisé provisoirement « Liste Destexhe » en vue des élections générales du 26 mai prochain. Une sorte de « N-VA francophone », a-t-il précisé.

« Les statuts du MR sont clairs »

«  Nous avons appris la nouvelle via la presse ce matin », a indiqué Christophe Cordier, avant de préciser : «  les statuts du MR sont clairs, le fait de se présenter sur une liste concurrente, signifie l’auto-exclusion ».

Selon le porte-parole des libéraux francophones, les discussions échangées ces dernières semaines entre Didier Reynders (vice-Premier ministre et président de la fédération bruxelloise du MR), Olivier Chastel (président du parti jusqu’il y a une dizaine de jours) et Alain Destexhe n’ont porté que sur la place que pourrait occuper le député-sénateur, et non sur le programme. «  La place qu’on lui proposait ne lui convenait-elle pas ?  », s’est interrogé M. Cordier.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Partis politiques|Didier Reynders|Alain Destexhe|MR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  2. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

  3. La Belge Sylvia Huang se produira ce lundi.

    Dernière ligne droite pour les finalistes du Reine Elisabeth

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite