Un nouvel écrin pour Rops

Le nouvel espace est huit fois plus important que le précédent.
Le nouvel espace est huit fois plus important que le précédent. - DR

C’est en périphérie namuroise, au cœur du Business Actibel Center-Ecolys, qu’a déménagé l’incontournable salle de ventes Rops, implantée dans la capitale de la Région wallonne depuis 1989. Une affaire familiale créée et gérée par les frères de Sauvage depuis la reprise d’une petite salle qui avait périclité, il y a une trentaine d’années. L’entreprise, qui comporte également une importante activité immobilière, est spécialisée dans les ventes publiques d’antiquités – œuvres d’art, objets de collection, mobilier, ventes bourgeoises – et les ventes internationales à thème – argenterie, bande dessinée, vin, art asiatique…

« Le Groupe Actibel souhaitait développer et diversifier l’activité de la salle de ventes. Cela nécessitait l’extension des surfaces disponibles pour l’exposition et le stockage, l’amélioration des conditions de manutention des biens et le renforcement des infrastructures d’accueil de la clientèle. Le site historique de la chaussée de Waterloo ne pouvait répondre à ces nécessités, explique Paul de Sauvage. Nous sommes seuls sur le marché namurois, mon frère et moi. Benoît s’occupe du quotidien de la salle de ventes, des expertises, il a adjugé plus d’un million de lots au cours de sa carrière. Moi, je m’occupe du développement et de la gestion financière du projet. »

Une gestion qui a pris une ampleur particulière ces derniers temps, avec le changement d’infrastructure qui déploie un nouvel espace huit fois plus important que le précédent : 8.000 m² au sein d’un bâtiment de près de 31.000 m² ! La salle cohabitera dorénavant, dans les mois à venir, avec une brasserie-restaurant, un hôtel, un centre de séminaires et de réceptions. « On a investi énormément dans le bâtiment. A court terme, le nouvel espace ne change pas notre calendrier des ventes mais va tout de même générer plus d’activités : la marchandise est bien mieux exposée, préparée, triée, et l’accueil des clients en est renforcé. »

D’ici trois ans, l’objectif des frères de Sauvage est de doubler le nombre de lots vendus : « Une partie des enchères – les petits lots – auront lieu seulement sur le Net afin de permettre aux gens de ne pas se déplacer en salle. Mais nous continuerons à tout exposer, car l’expérience de voir et de sentir l’œuvre d’art est unique et irremplaçable. Actuellement, il est déjà possible d’enchérir sur le site ou via Drouot Live. Nous avons beaucoup investi dans le numérique. Et nous travaillons au développement d’un outil “online” très performant. »

Un pôle de référence

Au-delà de ces développements technologiques, l’ambition familiale est évidemment de créer un vrai centre de référence européen sur le marché de l’antiquité et de l’art, en créant un cadre digne des grandes salles de ventes internationales, et de donner une image qualitative et dynamique de la Wallonie aux nombreux clients étrangers.

Le carnet d’adresses des de Sauvage comporte environ 15.000 clients enregistrés dans le système en ligne, ainsi qu’un fichier de 50.000 personnes à qui annoncer les ventes. « On exporte les lots vendus dans 35 pays à des gens que nous ne voyons pratiquement jamais mais qui nous font confiance. Nous sommes d’une transparence totale sur l’état de la marchandise, y compris à distance, et nous avons une expérience client très forte. »

La numérisation et les ressources humaines constituent l’étape suivante d’une renaissance conçue comme une nouvelle aventure commerciale à concilier avec l’art et les antiquités : « Nous sommes une salle de ventes provinciale : le gros de notre marchandise est constitué de successions complètes, avec des objets très variés, dans toutes les gammes de prix. Nous acceptons toutes les marchandises pour autant qu’il y ait un côté décoratif. Nos clients avaient peur que le côté convivial disparaisse à cause de l’agrandissement, mais on y tient. Nous avons bâti notre réputation dans le temps, en tablant sur la confiance, la transparence et la convivialité. A l’époque, les salles de ventes faisaient payer les expertises et le déménagement des marchandises ! On a décidé de se distinguer en faisant les expertises gratuites sans engagement, et en offrant l’enlèvement. C’est ainsi qu’on est devenus incontournables dans toute la Belgique. »

Salle de ventes Rops, 4/20 route de Louvain-la-Neuve, 5001 Namur-Saint-Servais, 081-74.99.88, www.rops.be

Prochaine vente les 31 mars et 1er avril

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

  2. ©News

    Les bulletins des Mauves face au Sporting de Charleroi: une défense inspirée, une attaque patraque

  3. «
J’ai beaucoup d’imagination et de spontanéité dans ma manière d’écrire et d’inventer de la musique.
»

    Ibrahim Maalouf: «Ma musique est métissée parce que j’écoute le monde»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite