Liga: l’ancien président du FC Barcelone Sandro Rosell, jugé pour blanchiment, remis en liberté

Liga: l’ancien président du FC Barcelone Sandro Rosell, jugé pour blanchiment, remis en liberté
Belga image

Sandro Rosell, président du Barça de 2010 à 2014 et entrepreneur spécialiste du marketing sportif, avait été placé en détention provisoire en mai 2017. Il sera remis mercredi en liberté sous contrôle judiciaire.

« L’Audience nationale a donné son accord à la libération sous contrôle judiciaire de Sandro Rosell et Joan Besoli », son homme de paille présumé, a indiqué le tribunal. « Les deux accusés vont retourner en prison à la fin de l’audience d’aujourd’hui (mercredi) avant d’être remis là-bas en liberté », a-t-il ajouté.

Rosell, son épouse et quatre collaborateurs sont accusés de « blanchiment de capitaux à grande échelle » portant sur près de 20 millions d’euros. Le parquet de l’Audience nationale réclame 11 ans de prison et 59 millions d’euros d’amende contre Rosell.

La remise en liberté de Rosell intervient au lendemain de son audition par le tribunal durant laquelle il a nié les accusations du parquet pleines selon lui « d’erreurs et de mensonges ». « Il n’y a pas eu de commission, ni légales, ni illégales », a-t-il affirmé mardi.

Signé en 2006, le contrat au centre de cette affaire portait sur les droits télévisés de 24 matches amicaux de la Seleçao et avait été signé par l’ancien président de la Fédération brésilienne Ricardo Teixeira avec une société arabe basée aux îles Caïmans.

Selon le tribunal, près de 15 millions d’euros provenant de commissions illicites liées à la vente de ces droits télévisés sont arrivés sur des comptes liés à Rosell et à son épouse. Rosell en aurait conservé environ 6,6 millions et reversé près de 8,4 millions à Teixeira, toujours selon la justice.

Cinq millions d’euros, liés au contrat de sponsoring de la Seleçao avec Nike, multinationale pour laquelle Rosell avait auparavant travaillé au Brésil, ont par ailleurs été versés sur un compte andorran lié à Rosell.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite