Chute de Remco Evenepoel: son programme ne devrait pas être modifié

@Belga
@Belga

Le Tour des Emirats arabes unis est fini pour Remco Evenepoel (Deceuninck-Quick Step). Le coureur belge de 19 ans a été contraint à l’abandon après avoir chuté mercredi dans la 3e étape, reliant Palm Jumeirah à Hatta Dam sur 197 km. On ne connaît pas encore les conséquences exactes de sa chute.

« D’après ce que m’ont dit les coureurs, il y avait une moto de l’organisation sur le côté. Plusieurs coureurs, dont Remco, ont dû se déplacer. Remco a ensuite percuté la moto ou un autre coureur, ce n’est pas encore très clair », déclare Geert Van Bondt, directeur sportif de Deceuninck-QuickStep. « Je pense aussi que les circonstances ont joué. Il fait 32 degrés », poursuit-il. « Remco s’est senti un peu mal à un moment, il a eu des vertiges et nous l’avons amené à l’hôpital par mesure de précaution ».

Remco Evenepoel ne souffre d’aucune fracture, juste de blessures superficielles. La suite de son programme dépendra de son état. « Nous devons attendre de voir ce que dira le docteur », ajoute Van Bondt. « Je ne pense pas que nous devrons modifier le programme, ses prochains rendez-vous ne tombant pas avant Coxyde, la Nokere Koerse, la Turquie et la Normandie. Il a donc encore le temps ».

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les Français pourraient devoir travailler plus longtemps pour accéder à la pension.

    Macron enjoint aux Français de travailler plus

  2. © Belga.

    Elections: nonante-cinq députés et deux ministres s’en vont

  3. @Belga

    Antwerp - Standard: un vrai choc pour l’Europe

Chroniques
  • Vie privée et numérique: grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Pour lutter contre la peur du vaccin, l’humain doit primer

    Certes, bien des nations nous envient notre système de santé. Son excellence académique, son équipement de haut niveau, sa densité sont des réalités incontestables. Mais le système gémit sous les coups de boutoir de la crise. Pénurie de médecins et d’infirmières, restriction des soins, fusions d’établissements : le futur ne se dessine pas en rose au fil des 121 indicateurs livrés par le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE)....

    Lire la suite