Accueil Opinions Éditos

Alain Destexhe, le De Wever du pauvre

L’éditorial de Béatrice Delvaux, éditorialiste en chef.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

Y a-t-il une place pour un parti de droite franchement affirmé au sud du pays ? La question est longtemps restée rhétorique. La réponse fut testée sporadiquement de l’intérieur du parti libéral notamment par Jean Gol mais l’essai fut remisé au vestiaire pour (re)faire la place belle au libéralisme social. De l’extérieur, les tentatives du Parti populaire de Modrikamen se sont réduites à un mouvement porté par un petit groupe d’individus qui a rapidement filé vers l’extrême droite. Où s’était déjà enterré le dissident libéral Roger Nols.

Mais depuis la montée en puissance de la N-VA en Flandre, la question s’est faite beaucoup plus concrète. Certains se sont soudain dit que leurs rêves pourraient devenir réalité : il devait bien y avoir aussi des Wallons et des Bruxellois tentés par un parti avec des propositions tranchées sur les sujets identitaires et sécuritaires, économiques et sociaux.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Gabriel Jacqueline, jeudi 28 février 2019, 23:08

    Savez vous encore pour qui voter en mai prochain? J'aimerais que vous m'éclairiez car moi je ne sais plus. Ils sont tous occupés à préparer les élections et n'ont aucun projet pour le futur. Ils forment déjà de nouvelles alliances avec l'un et l'autre alors que la population n' a encore rien décidé!

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs