Attentat du Musée juif: ce qu’il faut retenir d’un mois de procès

Mehdi Nemmouche.
Mehdi Nemmouche. - Igor Preys. Belga

Dès ce jeudi matin, la parole est donnée à la défense au procès Nemmouche. Les plaidoiries des avocats des deux accusés doivent durer une journée pour chacun d’eux. Ce mardi, le parquet fédéral a conclu son réquisitoire en demandant « un verdict de culpabilité » contre Mehdi Nemmouche, pour un quadruple assassinat dans un contexte terroriste, et pour complicité de ce crime pour Nacer Bendrer.

Depuis le 10 janvier, plusieurs journées ont marqué ce procès exceptionnel au fer rouge.

L e témoignage des quatre rescapés. Clara B., Marie B., Renée D. et Simon S. affirment qu’Alexandre Strens et les Riva ne pouvaient pas se connaître. Contrairement à ce que certaines théories ont pu affirmer. Une témoin a également reconnu formellement Nemmouche comme tireur du Musée juif. La Parisienne a croisé le regard de l’accusé avant qu’il ne tire sur Dominique Sabrier

► La démonstration par l’accusation que Mehdi Nemmouche avait effectué un repérage au Musée juif la veille de l’attentat. Des preuves par l’image. Des images qui s’ajoutent à celle prises le jour de l’attentat, le 24 mai 2018.

► Pour les enquêteurs, la voix entendue sur les vidéos de revendication est bien celle de Mehdi Nemmouche. D’autres correspondances ont été trouvées en examinant ses effets personnels.

► C’était ensuite aux médecins légistes de raconter ce que les autopsies avaient révélé. La nature des blessures et la précision des tirs confirment, pour les légistes que le « tireur était habitué à tirer sur des cibles humaines ».

► Nicolas Henin et Didier François, journalistes français et otages de Nemmouche sont venus dresser le portrait de leur geôlier : sadique et narcissique. Ils ont reconnu l’homme dans les médias après son arrestation à la gare de Marseille, le 30 mai 2014.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous