Marche pour le climat: près de 12.000 jeunes ont manifesté en Belgique pour la huitième journée de mobilisation

Marche pour le climat: près de 12.000 jeunes ont manifesté en Belgique pour la huitième journée de mobilisation

De Nivelles à Bruxelles, en passant par Huy, Anvers, Dinant, Malines et Liège, ce sont près de 12.000 étudiants des quatre coins du pays qui ont défilé dans les rues à l’occasion du 8e «Jeudi pour le climat». Si une marche plus officielle était organisée à Anvers, ce sont les Hutois qui ont été les plus nombreux à se faire entendre, avec environ 5.000 participants.

A Anvers, Anuna De Wever et Kyra Gantois, initiatrices du mouvement Youth For Climate, figuraient en tête du cortège, accompagnées par la Suédoise de 16 ans, Greta Thunberg. Selon la police, 3.000 jeunes ont marché derrière elles, afin de réclamer des politiques climatiques ambitieuses pour lutter contre le réchauffement.

«Notre message aux politiques aujourd’hui est: vous pouvez continuer à dire que nous devons retourner à l’école... ou vous pouvez vous mettre au travail», a déclaré Anuna De Wever.

«Les politiques et les personnes au pouvoir s’en tirent depuis bien trop longtemps sans rien faire pour lutter contre le réchauffement climatique», a embrayé Greta Thunberg.«Nous allons veiller à ce que cela n’arrive plus. Nous faisons l’école buissonnière parce que nous avons fait nos devoirs et eux, non.»

Louvain-la-Neuve la semaine prochaine

A Huy, ce ne sont pas moins de 5.000 participants qui ont été dénombrés, des écoles primaires et secondaires de la ville. La marche, initiée par des élèves de l’athénée, a fait une longue boucle d’une bonne heure, avant une rencontre entre des représentants des élèves et le bourgmestre, Christophe Collignon.

Environ 1.500 jeunes, selon la police de Bruxelles-Ixelles, ont aussi manifesté pour le climat jeudi dans la capitale. Les participants ont suivi le parcours habituel. Ils sont partis de la gare du Nord vers 11h00 pour terminer à la gare du Midi.

Ils étaient nombreux encore à Malines, où la police a compté environ 1.000 personnes. Ceux-ci, à l’initiative de l’antenne locale de Youth for Climate, avaient déployé des pancartes aux messages originaux pour appuyer leur message, tels que «Plus d’abeilles, moins de pâté en croûte», «Nous ne voulons pas de Malines-sur-mer» et le traditionnel «Il n’y a pas de planète B», tout en chantant «On est plus chaud, plus chaud que le climat».

La marche pour le climat à Anvers en images

Près d’un millier d’étudiants du secondaire ont aussi arpenté les villes de Liège et Dinant, tandis qu’ils étaient environ une centaine à Louvain et Nivelles, et une trentaine à Hasselt.

C’est la huitième semaine consécutive que des actions sont organisées dans toute la Belgique contre le réchauffement climatique. Le neuvième «Jeudi pour le climat» est prévu le 7 mars à Louvain-la-Neuve.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite