Marche pour le climat: près de 12.000 jeunes ont manifesté en Belgique pour la huitième journée de mobilisation

Marche pour le climat: près de 12.000 jeunes ont manifesté en Belgique pour la huitième journée de mobilisation

De Nivelles à Bruxelles, en passant par Huy, Anvers, Dinant, Malines et Liège, ce sont près de 12.000 étudiants des quatre coins du pays qui ont défilé dans les rues à l’occasion du 8e «Jeudi pour le climat». Si une marche plus officielle était organisée à Anvers, ce sont les Hutois qui ont été les plus nombreux à se faire entendre, avec environ 5.000 participants.

A Anvers, Anuna De Wever et Kyra Gantois, initiatrices du mouvement Youth For Climate, figuraient en tête du cortège, accompagnées par la Suédoise de 16 ans, Greta Thunberg. Selon la police, 3.000 jeunes ont marché derrière elles, afin de réclamer des politiques climatiques ambitieuses pour lutter contre le réchauffement.

«Notre message aux politiques aujourd’hui est: vous pouvez continuer à dire que nous devons retourner à l’école... ou vous pouvez vous mettre au travail», a déclaré Anuna De Wever.

«Les politiques et les personnes au pouvoir s’en tirent depuis bien trop longtemps sans rien faire pour lutter contre le réchauffement climatique», a embrayé Greta Thunberg.«Nous allons veiller à ce que cela n’arrive plus. Nous faisons l’école buissonnière parce que nous avons fait nos devoirs et eux, non.»

Louvain-la-Neuve la semaine prochaine

A Huy, ce ne sont pas moins de 5.000 participants qui ont été dénombrés, des écoles primaires et secondaires de la ville. La marche, initiée par des élèves de l’athénée, a fait une longue boucle d’une bonne heure, avant une rencontre entre des représentants des élèves et le bourgmestre, Christophe Collignon.

Environ 1.500 jeunes, selon la police de Bruxelles-Ixelles, ont aussi manifesté pour le climat jeudi dans la capitale. Les participants ont suivi le parcours habituel. Ils sont partis de la gare du Nord vers 11h00 pour terminer à la gare du Midi.

Ils étaient nombreux encore à Malines, où la police a compté environ 1.000 personnes. Ceux-ci, à l’initiative de l’antenne locale de Youth for Climate, avaient déployé des pancartes aux messages originaux pour appuyer leur message, tels que «Plus d’abeilles, moins de pâté en croûte», «Nous ne voulons pas de Malines-sur-mer» et le traditionnel «Il n’y a pas de planète B», tout en chantant «On est plus chaud, plus chaud que le climat».

La marche pour le climat à Anvers en images

Près d’un millier d’étudiants du secondaire ont aussi arpenté les villes de Liège et Dinant, tandis qu’ils étaient environ une centaine à Louvain et Nivelles, et une trentaine à Hasselt.

C’est la huitième semaine consécutive que des actions sont organisées dans toute la Belgique contre le réchauffement climatique. Le neuvième «Jeudi pour le climat» est prévu le 7 mars à Louvain-la-Neuve.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La course à pied a des arguments pour séduire
: . Ce sport ne demande pas une technique pointue, il se pratique facilement en extérieur et permet de s’entretenir. Autre grand avantage: il coûte peu. En tout cas à première vue.

    Le running, ce sport bon marché devenu un business juteux

  2. Le Sauvage.

    La Ducasse d’Ath doit-elle se passer du «Sauvage» jugé raciste?

  3. belgaimage-151155306-full

    Nafi Thiam: «J’essaie de ne pas trop penser à mon coude, je me concentre sur autre chose»

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: le {Culot} d’Arthur Masson

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé que le wallon reçoit, dans la bande dessinée, un traitement parallèle à celui dont a bénéficié le Brussels Vloms dans quelques albums d’Hergé. Ce même wallon peut-il parfois se retrouver dans des textes où il serait mélangé avec du français, à l’image du bruxellois « beulemans », hybride de flamand et de français ? Eh bien oui ! Quelques auteurs se sont illustrés naguère dans cet exercice, tantôt en créant un parler mixte wallo-français, tantôt en insérant des séquences de wallon dans un texte rédigé en majeure partie en français.

    Le premier cas de figure fera l’objet d’un prochain billet. Quant au second, il a été principalement illustré par un auteur quelque peu oublié des jeunes générations, mais dont le succès a été spectaculaire dans la seconde moitié du 20e siècle : Arthur Masson. Né en 1896 à Rièzes (...

    Lire la suite

  • La Flandre ne marche pas au son du canon

    Il y a plusieurs choses à retenir dans l’interview que nous accorde Bruno De Wever, historien très réputé et par ailleurs frère de Bart De Wever, le président de N-VA. Mais la plus importante est que ses propos sont identiques à ceux qu’il tient en Flandre. La contestation de la parole nationaliste n’est ainsi pas la spécialité de francophones obsessionnels, qui ne verraient les propositions de la N-VA que comme des provocations et des attaques en règle. Il y a au nord du pays nombre d’experts qui n’hésitent pas à monter au créneau pour...

    Lire la suite