Trois partis, dont le CDH, demandent l’exclusion d’Orban du PPE

Trois partis, dont le CDH, demandent l’exclusion d’Orban du PPE

Le président du CDH, Maxime Prévot, son collègue du CD&V, Wouter Beke, ainsi que leur homologue luxembourgeois (Frank Engel, président du CVS) ont demandé ensemble l’exclusion de Viktor Orban et de son parti (Fidesz) du PPE, le Parti populaire européen. Il n’est pas impossible, et même probable, que le président du PSD portugais, Rui Rio, et celui du CDA néerlandais, Rutgen Ploum, appuient la démarche de leur côté. La Suède aussi pourrait suivre.

C’est le courrier adressé mardi aux dirigeants des partis membres du PPE et présentant la dernière campagne « anti-Bruxelles », anti-Juncker et anti-George Soros du gouvernement hongrois qui a fait déborder le vase. Cette campagne, baptisée « Vous avez aussi le droit de savoir ce que Bruxelles prépare », affirme que l’Union européenne veut « faciliter la migration grâce aux visas migratoires », « donner encore plus d’argent aux organisations favorisant la migration », « lancer des programmes de migration expérimentaux avec les pays africains », « mettre en œuvre les quotas de relocalisation obligatoires »…

Après avoir fâché à plusieurs reprises ses collègues du PPE, après des demandes d’exclusion de certains partis membres, cette campagne pourrait cette fois signifier le renvoi du Fidesz et d’Orban du PPE.

« Oui, cette campagne anti-Juncker constitue la goutte d’eau, nous confirme Maxime Prévot. C’est scandaleux ! Cela fait quelques années que le CDH exprime son malaise par rapport au PPE tel qu’il est composé aujourd’hui. Un moment, il faut faire des choix. Le PPE doit assumer ses valeurs et des limites ne doivent plus être franchies. C’est mon optique : ça suffit ! Je n’ai pas envie d’associer mon parti au discours populiste et de bashing anti-européen. Nous sommes très pro-européens. Et j’ai partagé mon indignation avec d’autres partis européens. »

La Commission européenne décidée à se battre « point par point » contre Orban

La Commission européenne a décidé de se battre « point par point » contre la campagne europhobe lancée par la Hongrie à trois mois des élections européennes et a publié jeudi un argumentaire sur les réseaux sociaux réfutant les allégations du Premier ministre Viktor Orban.

«  Nous regrettons de devoir le faire, mais nous estimons que le peuple hongrois mérite la vérité sur ce que fait la Commission », a expliqué la porte-parole adjointe de l’exécutif bruxellois, Mina Andreeva.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La course à pied a des arguments pour séduire
: . Ce sport ne demande pas une technique pointue, il se pratique facilement en extérieur et permet de s’entretenir. Autre grand avantage: il coûte peu. En tout cas à première vue.

    Le running, ce sport bon marché devenu un business juteux

  2. Le Sauvage.

    La Ducasse d’Ath doit-elle se passer du «Sauvage» jugé raciste?

  3. belgaimage-151155306-full

    Nafi Thiam: «J’essaie de ne pas trop penser à mon coude, je me concentre sur autre chose»

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: le {Culot} d’Arthur Masson

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé que le wallon reçoit, dans la bande dessinée, un traitement parallèle à celui dont a bénéficié le Brussels Vloms dans quelques albums d’Hergé. Ce même wallon peut-il parfois se retrouver dans des textes où il serait mélangé avec du français, à l’image du bruxellois « beulemans », hybride de flamand et de français ? Eh bien oui ! Quelques auteurs se sont illustrés naguère dans cet exercice, tantôt en créant un parler mixte wallo-français, tantôt en insérant des séquences de wallon dans un texte rédigé en majeure partie en français.

    Le premier cas de figure fera l’objet d’un prochain billet. Quant au second, il a été principalement illustré par un auteur quelque peu oublié des jeunes générations, mais dont le succès a été spectaculaire dans la seconde moitié du 20e siècle : Arthur Masson. Né en 1896 à Rièzes (...

    Lire la suite

  • La Flandre ne marche pas au son du canon

    Il y a plusieurs choses à retenir dans l’interview que nous accorde Bruno De Wever, historien très réputé et par ailleurs frère de Bart De Wever, le président de N-VA. Mais la plus importante est que ses propos sont identiques à ceux qu’il tient en Flandre. La contestation de la parole nationaliste n’est ainsi pas la spécialité de francophones obsessionnels, qui ne verraient les propositions de la N-VA que comme des provocations et des attaques en règle. Il y a au nord du pays nombre d’experts qui n’hésitent pas à monter au créneau pour...

    Lire la suite