Gare de Huy: un problème de parking qui dérange tout le monde

Gare de Huy: un problème de parking qui dérange tout le monde

Le stationnement est devenu problématique aux abords de la gare de Huy depuis l’ouverture récente du parking payant de la SNCB. Les navetteurs essaient tant bien que mal de trouver une place en dehors de ce parking, fort de 405 places. Un emplacement y coûte 7,33 euros par jour aux navetteurs et 17 euros aux autres utilisateurs.

L’avenue Albert Ier et la rue des Jardins sont donc prises d’assaut par les automobilistes à la recherche d’une place de parking. Une situation intenable pour les riverains et les commerçants. Pour les aider, la ville de Huy va instaurer une zone bleue, active de 10h00 à 14h00, dans le but d’éviter le stationnement des navetteurs, qui rentrent du travail plus tard. «Cela permettra aux riverains de retrouver de la quiétude», estime le bourgmestre Christophe Collignon. La mise en place de cette zone se fera après consultation des riverains et une réflexion sur les modalités précises.

Concernant le parking de la SNCB, le bourgmestre juge que les prix demandés sont «excessifs» et ont un impact sur le pouvoir d’achat du travailleur. Un travailleur utilisant régulièrement le train paierait 1.600 euros par an. Pour lui, la gratuité des parkings doit constituer un moyen d’encourager les citoyens à utiliser les transports collectifs et «cela ne pèserait pas de manière conséquente dans le budget de la SNCB».

Le bourgmestre de Huy compte sur la réactivité de la société et adressera un courrier circonstancié à la direction. «La gratuité de parking pour les navetteurs de la SNCB est une nécessité climatique, sociale et économique», estime-t-il. Il formulera une proposition de motion en ce sens, qu’il souhaiterait voir adopter par le Parlement de Wallonie.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».

    Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

  3. Le président Trump aux petits soins pour Paula White dans la salle Roosevelt de la Maison Blanche.

    Paula White, la télévangéliste qui a signé un pacte avec Trump

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite