Moteur à l’arrêt, facture d’électricité, pension…: tout ce qui change ce 1er mars

© Reporters
© Reporters

Tout comme le début du mois de février, le mois de mars a aussi son lot de changements, impactant la vie quotidienne des Belges. La Wallonie est particulièrement visée par ces nouveautés.

En Wallonie, laisser son moteur tourner à l’arrêt devient une infraction environnementale

À partir du 1er mars 2019, laisser son moteur tourner alors qu’on est à l’arrêt deviendra une infraction environnementale en Wallonie. Cette infraction sera passible d’une amende de 130 euros en perception immédiate. Les usagers devront veiller à couper leur moteur lorsqu’ils ne se trouvent plus dans la circulation, comme lorsqu’ils attendent leurs enfants aux abords des écoles.

Légère augmentation de la facture d’électricité en Wallonie

Les tarifs de transport, une des composantes de la facture d’électricité, augmenteront en moyenne de 4,1% en Wallonie à partir de vendredi, a indiqué l’un des responsables du régulateur wallon du marché de l’énergie, la CWape. Cette hausse des tarifs se traduira par une augmentation de cinq euros HTVA par an pour un client résidentiel habitant au sud du pays.

Diminution voire suppression de la cotisation de solidarité pension

Une nouvelle diminution de la cotisation de solidarité en matière de pension sera effective dès le 1er mars. La mesure entraînera une réduction voire la suppression de la cotisation pour certaines catégories de pensionnés.

La cotisation de solidarité est une retenue sociale progressive sur le montant brut total des pensions, des rentes et de certains avantages complémentaires. Elle avait été mise en place par le gouvernement Dehaene en 1994 lorsque le plan global d’austérité devait préparer la Belgique à entrer dans l’euro.

Cette retenue varie entre 0 et 2 %, selon l’importance du montant brut total et la qualité du pensionné, c’est-à-dire s’il a charge de famille ou non.

Ce qui va changer pour les clients de Proximus

L’opérateur a annoncé une refonte de son offre Pay&Go+ à partir de vendredi. L’opérateur proposera jusqu’à 10 fois plus de données mobiles à ses clients qui opteront pour la recharge en ligne.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

  3. MELANIE DEBIASIO ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Les Racines élémentaires de Melanie De Biasio: «J’ai perdu ma voix, j’ai vécu le pire, ça m’a rendu forte»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite