Accueil Culture Musiques

Une «Aïda» dans les règles de l’art à Liège

Mis en scène par Stefano Mazzonis, le classique de Verdi se déploie dans un classicisme totalement assumé. La Cheffe Speranza Scappucci parvient de son côté à trouver des nuances méconnues à cette partition figurant parmi les hits de l’opéra.

Jusqu’au 14 mars à l’Opéra Royal de Wallonie (Liège).

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 7 min

Monstre de l’opéra, Aïda est de ces œuvres classiques qu’il est bien souvent compliqué de moderniser. Difficile en effet de transposer cette histoire d’amour et ces jeux de pouvoirs dans l’Égypte ancienne à notre époque, même si les thèmes restent universels.

D’un classicisme totalement assumé, la mise en scène de Stefano Mazzonis di Pralafera s’accommode de cette réalité et s’inscrit dans la lignée des productions chéries par l’Opéra Royal de Wallonie Liège. Le plus important : coller au plus près de la tradition et de la production d’origine. Quitte à parfois approcher la frontière du kitsch, sans toutefois la franchir.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs