«J’espère un autre style de défense» que celle de Nemmouche, a déclaré l’avocat du Musée juif

© Belga
© Belga

Après les plaidoiries des parties civiles, le réquisitoire du ministère public et la défense de Mehdi Nemmouche, la parole est vendredi aux avocats de Nacer Bendrer, accusé d’avoir fourni les armes qui ont servi à la tuerie du Musée juif en 2014. «J’espère un autre style que celui d’hier (jeudi, NDLR)», a lancé avant le début de l’audience devant la cour d’assises de Bruxelles Me Adrien Masset, avocat du Musée juif.

La plaidoirie de Me Courtoy, avocat de Mehdi Nemmouche, était «tellement confuse», a déploré Me Masset. «Il n’y avait pas de structure, c’était difficile à suivre.» Il s’attend vendredi à une défense «plus classique, qui s’appuie sur les éléments du dossier».

Nacer Bendrer est accusé devant la cour d’assises d’être le co-auteur de quatre assassinats à caractère terroriste perpétrés le 24 mai 2014. Lundi, le parquet a toutefois requis la complicité à son encontre, une prévention punie moins sévèrement. Il est soupçonné d’avoir fourni les armes qui ont servi lors de l’attaque. Le Marseillais de 30 ans a affirmé que Mehdi Nemmouche lui avait demandé une kalachnikov en avril 2014 mais il a assuré ne jamais lui avoir remis une telle arme.

Selon Me Gilles Vanderbeck, conseil de Nacer Bendrer, «on a entendu les pires et les meilleures sur Bendrer et c’est à nous de rétablir» la vérité. «Notre style sera différent de celui de Me Courtoy», a-t-il prévenu. «Il reste complice d’un quadruple assassinat terroriste, ce n’est pas rien», a toutefois souligné Me Masset.

Me Blot a débuté sa plaidoirie en réfutant l’affirmation de l’accusation selon laquelle son client aurait été sous l’influence totale de Mehdi Nemmouche à la prison de Salon-de-Provence, près de Marseille. Ni la venue de Nacer Bendrer à Bruxelles ni la téléphonie ne permet d’affirmer que ce dernier était le «fidèle lieutenant» de Mehdi Nemmouche et qu’il lui a fourni les armes pour l’attaque au Musée juif, affirme vendredi Me Julien Blot, conseil du Marseillais.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Dominique Leroy, remerciée par le personnel de Proximus lors de son arrivée au siège de l’entreprise ce jeudi. Le parquet, lui, enquête.

    La sortie très chahutée de Dominique Leroy

  2. Pierre-Yves Dermagne

    Vente de Voo et de Win: l’Arc-en-ciel reprend le contrôle dans l’affaire Nethys

  3. Une vaste opération de démantèlement du réseau IPTV en Europe a permis de fermer plusieurs centaines de serveurs utilisés pour le piratage.

    Le vrai ou faux: existe-t-il des risques pour l’utilisateur de l’IPTV?

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Nethys: le chaos, la clarté et l’hystérie

    La clarté ou le chaos ? Il y a désormais des deux dans le dossier Nethys. Et il va falloir au nouveau ministre de tutelle, Pierre-Yves Dermagne, beaucoup de méthode, de sang-froid, d’expertise et d’indépendance politique pour dénouer ce sac de nœuds.

    Ces derniers mois, c’est l’opacité qui a régné sur la restructuration du groupe liégeois, confisquée par un management, un conseil d’administration, quelques hommes et...

    Lire la suite