«J’espère un autre style de défense» que celle de Nemmouche, a déclaré l’avocat du Musée juif

© Belga
© Belga

Après les plaidoiries des parties civiles, le réquisitoire du ministère public et la défense de Mehdi Nemmouche, la parole est vendredi aux avocats de Nacer Bendrer, accusé d’avoir fourni les armes qui ont servi à la tuerie du Musée juif en 2014. «J’espère un autre style que celui d’hier (jeudi, NDLR)», a lancé avant le début de l’audience devant la cour d’assises de Bruxelles Me Adrien Masset, avocat du Musée juif.

La plaidoirie de Me Courtoy, avocat de Mehdi Nemmouche, était «tellement confuse», a déploré Me Masset. «Il n’y avait pas de structure, c’était difficile à suivre.» Il s’attend vendredi à une défense «plus classique, qui s’appuie sur les éléments du dossier».

Nacer Bendrer est accusé devant la cour d’assises d’être le co-auteur de quatre assassinats à caractère terroriste perpétrés le 24 mai 2014. Lundi, le parquet a toutefois requis la complicité à son encontre, une prévention punie moins sévèrement. Il est soupçonné d’avoir fourni les armes qui ont servi lors de l’attaque. Le Marseillais de 30 ans a affirmé que Mehdi Nemmouche lui avait demandé une kalachnikov en avril 2014 mais il a assuré ne jamais lui avoir remis une telle arme.

Selon Me Gilles Vanderbeck, conseil de Nacer Bendrer, «on a entendu les pires et les meilleures sur Bendrer et c’est à nous de rétablir» la vérité. «Notre style sera différent de celui de Me Courtoy», a-t-il prévenu. «Il reste complice d’un quadruple assassinat terroriste, ce n’est pas rien», a toutefois souligné Me Masset.

Me Blot a débuté sa plaidoirie en réfutant l’affirmation de l’accusation selon laquelle son client aurait été sous l’influence totale de Mehdi Nemmouche à la prison de Salon-de-Provence, près de Marseille. Ni la venue de Nacer Bendrer à Bruxelles ni la téléphonie ne permet d’affirmer que ce dernier était le «fidèle lieutenant» de Mehdi Nemmouche et qu’il lui a fourni les armes pour l’attaque au Musée juif, affirme vendredi Me Julien Blot, conseil du Marseillais.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous