«J’espère un autre style de défense» que celle de Nemmouche, a déclaré l’avocat du Musée juif

© Belga
© Belga

Après les plaidoiries des parties civiles, le réquisitoire du ministère public et la défense de Mehdi Nemmouche, la parole est vendredi aux avocats de Nacer Bendrer, accusé d’avoir fourni les armes qui ont servi à la tuerie du Musée juif en 2014. «J’espère un autre style que celui d’hier (jeudi, NDLR)», a lancé avant le début de l’audience devant la cour d’assises de Bruxelles Me Adrien Masset, avocat du Musée juif.

La plaidoirie de Me Courtoy, avocat de Mehdi Nemmouche, était «tellement confuse», a déploré Me Masset. «Il n’y avait pas de structure, c’était difficile à suivre.» Il s’attend vendredi à une défense «plus classique, qui s’appuie sur les éléments du dossier».

Nacer Bendrer est accusé devant la cour d’assises d’être le co-auteur de quatre assassinats à caractère terroriste perpétrés le 24 mai 2014. Lundi, le parquet a toutefois requis la complicité à son encontre, une prévention punie moins sévèrement. Il est soupçonné d’avoir fourni les armes qui ont servi lors de l’attaque. Le Marseillais de 30 ans a affirmé que Mehdi Nemmouche lui avait demandé une kalachnikov en avril 2014 mais il a assuré ne jamais lui avoir remis une telle arme.

Selon Me Gilles Vanderbeck, conseil de Nacer Bendrer, «on a entendu les pires et les meilleures sur Bendrer et c’est à nous de rétablir» la vérité. «Notre style sera différent de celui de Me Courtoy», a-t-il prévenu. «Il reste complice d’un quadruple assassinat terroriste, ce n’est pas rien», a toutefois souligné Me Masset.

Me Blot a débuté sa plaidoirie en réfutant l’affirmation de l’accusation selon laquelle son client aurait été sous l’influence totale de Mehdi Nemmouche à la prison de Salon-de-Provence, près de Marseille. Ni la venue de Nacer Bendrer à Bruxelles ni la téléphonie ne permet d’affirmer que ce dernier était le «fidèle lieutenant» de Mehdi Nemmouche et qu’il lui a fourni les armes pour l’attaque au Musée juif, affirme vendredi Me Julien Blot, conseil du Marseillais.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. IN_SS_2405migraine (2)

    Tous les maux de tête sont-ils des migraines?

  2. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  3. Brad Pitt, Quentin Tarantino, Margot Robbie et Leonardo DiCaprio ont rendu fous les festivaliers, journalistes, photographes, cinéphiles.

    Brad Pitt à Cannes: «En août 1969, Hollywood a perdu son innocence»

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite