Syrie: de la chlorine, une arme chimique, utilisée contre la ville de Douma en 2018

© EPA
© EPA

De la chlorine a été utilisée en Syrie contre la ville de Douma en avril 2018, a conclu l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) dans son rapport final publié vendredi.

Il existe «  des motifs raisonnables pour penser qu’un agent chimique a été utilisé comme arme le 7 avril 2018 » lors de cette attaque contre Douma, près de Damas, a estimé l’OIAC, ajoutant que « cet agent chimique contenait de la chlorine ».

Les conclusions de ce rapport final confirment un rapport provisoire rendu public en juillet, et faisant état du témoignage de médecins selon lesquels l’attaque a fait une quarantaine de morts.

Le rapport ne désigne pas de responsable car, à l’époque, cela ne faisait pas partie des attributions de l’OIAC. Mais depuis, l’organisation s’est vue attribuer le droit d’enquêter sur la responsabilité de toutes les attaques chimiques commises en Syrie depuis 2014.

L’OIAC a rejeté la version du régime syrien selon lequel le gaz provenait d’une présumée installation d’armes chimiques des rebelles et d’un entrepôt dans la zone que les inspecteurs ont été autorisés à visiter. Les Occidentaux, avec à leur tête les États-Unis, avaient accusé le régime syrien d’avoir mené l’attaque de Douma et avaient déclenché des frappes aériennes sur des installations militaires syriennes en représailles.

La Russie, qui soutient le régime du président syrien Bachar al-Assad, a rejeté le rapport de l’OIAC, affirmant qu’il a été « monté » par des secouristes bénévoles syriens connus sous le nom de Casques Blancs.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les parents de Simon Gautier ont formellement identifié le corps du jeune homme ce lundi.

    Italie: pourquoi le randonneur français Simon Gautier n’a pas été géolocalisé plus tôt

  2. Le stade dressé à Anvers pour accueillir l’Euro est un modèle du genre. Mais il coûte un pont !  A fonds perdu.

    Hockey: un stade voulu à Bruxelles, espéré à Wavre, avancé à Anvers

  3. Jean Faniel, docteur en sciences politiques, est directeur général du CRISP.

    Une guéguerre entre constitutionnalistes comme entre politiques?

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • bpost: la balle est dans le camp de l’Etat actionnaire

    Le départ annoncé du patron de bpost n’est pas une surprise. Koen Van Gerven a même plutôt de la chance d’arriver au terme de son mandat en février prochain. Le couperet tient dans le niveau du cours de Bourse qui atteste de la descente aux enfers de l’action bpost, passée de 28 euros en février 2018, à 8 ou 9 euros aujourd’hui. Une chute qui a fait comme un « effet Fortis » dans les portefeuilles des petits épargnants qui ont misé sur une entreprise de bon père de famille – toujours publique – qui, depuis son introduction en...

    Lire la suite