Gaza: dix-sept Palestiniens blessés par des tirs israéliens lors de heurts

© AFP
© AFP

Dix-sept Palestiniens ont été blessés vendredi par des tirs de soldats israéliens lors de heurts le long de la frontière entre la bande de Gaza et Israël, théâtre depuis près d’un an de protestations hebdomadaires, a indiqué le ministère gazaoui de la Santé.

Dix-sept personnes ont été blessées « par des tirs à balles réelles des forces d’occupation israélienne », a rapporté dans un communiqué le ministère de la Santé de l’enclave palestinienne sous blocus. Trois ambulanciers et un journaliste ont été blessés par des grenades de gaz lacrymogène, a-t-il ajouté.

Les soldats israéliens ont procédé à des tirs à balles réelles « selon les procédures opérationnelles en vigueur », a affirmé à l’AFP l’armée israélienne. «  Il y a près de 8.000 émeutiers qui jettent des pierres, brûlent des pneus et jettent des engins explosifs et des grenades aux troupes et contre la barrière » frontalière, a déclaré une porte-parole de l’armée. « Nous utilisons en réponse des moyens de dispersion et nous tirons, selon les procédures opérationnelles en vigueur », a-t-elle ajouté.

Crimes de guerre ou crimes contre l’humanité, selon l’ONU

Dans un rapport publié jeudi et rejeté comme « partial » par Israël, une commission d’enquête mandatée par le Conseil des droits de l’Homme de l’Onu écrit que la réponse israélienne à la contestation en cours depuis des mois dans la bande de Gaza « peut constituer des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité ». Les enquêteurs soulignent que des soldats israéliens ont visé des civils, dont des enfants.

► Israël responsable de possibles crimes contre l’humanité à Gaza pour une commission de l’ONU

La bande de Gaza, coincée entre Israël, l’Égypte et la Méditerranée et éprouvée par les guerres, la pauvreté et les blocus israélien et égyptien, est le théâtre depuis mars 2018 de protestations hebdomadaires, généralement accompagnées de violences, le long de la barrière frontalière lourdement gardée par l’armée israélienne.

Au moins 251 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens depuis cette date, la grande majorité le long de la frontière, et les autres dans des frappes israéliennes en représailles à des actes hostiles en provenance de l’enclave. Deux soldats israéliens ont été tués depuis cette date.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Lionel Messi veilli par l’application FaceApp.

    Ce que FaceApp vous dit (tout bas) sur l’utilisation qu’elle fait de vos photos

  2. Louis Michel et Laurette Onkelinx.

    «Chez Laurette et Louis», le casting politique de LN24

  3. l’état d’urgence «
sécheresse
» n’est pas déclaré, mais une réunion de crise est prévue le 25 juillet prochain.

    Agriculture: comme un avant-goût de sécheresse

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Bruxelles: un accord rouge, vert, raisonnablement ambitieux

    Un accord de gouvernement, c’est un acte par lequel des élus s’engagent envers les citoyens, pour cinq ans. Au moment de sa rédaction, il peut être jugé à l’aune de son ambition et de ses priorités. A cet égard, le texte conclu par les six partis de la majorité bruxelloise affiche clairement les couleurs. Rouge et verte.

    La ville se fracture, entre pauvres et riches, que relient de moins en moins ces classes moyennes tentées par l’exode urbain. Les indicateurs se dégradent : le nombre d’enfants...

    Lire la suite