Gaza: dix-sept Palestiniens blessés par des tirs israéliens lors de heurts

© AFP
© AFP

Dix-sept Palestiniens ont été blessés vendredi par des tirs de soldats israéliens lors de heurts le long de la frontière entre la bande de Gaza et Israël, théâtre depuis près d’un an de protestations hebdomadaires, a indiqué le ministère gazaoui de la Santé.

Dix-sept personnes ont été blessées « par des tirs à balles réelles des forces d’occupation israélienne », a rapporté dans un communiqué le ministère de la Santé de l’enclave palestinienne sous blocus. Trois ambulanciers et un journaliste ont été blessés par des grenades de gaz lacrymogène, a-t-il ajouté.

Les soldats israéliens ont procédé à des tirs à balles réelles « selon les procédures opérationnelles en vigueur », a affirmé à l’AFP l’armée israélienne. «  Il y a près de 8.000 émeutiers qui jettent des pierres, brûlent des pneus et jettent des engins explosifs et des grenades aux troupes et contre la barrière » frontalière, a déclaré une porte-parole de l’armée. « Nous utilisons en réponse des moyens de dispersion et nous tirons, selon les procédures opérationnelles en vigueur », a-t-elle ajouté.

Crimes de guerre ou crimes contre l’humanité, selon l’ONU

Dans un rapport publié jeudi et rejeté comme « partial » par Israël, une commission d’enquête mandatée par le Conseil des droits de l’Homme de l’Onu écrit que la réponse israélienne à la contestation en cours depuis des mois dans la bande de Gaza « peut constituer des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité ». Les enquêteurs soulignent que des soldats israéliens ont visé des civils, dont des enfants.

► Israël responsable de possibles crimes contre l’humanité à Gaza pour une commission de l’ONU

La bande de Gaza, coincée entre Israël, l’Égypte et la Méditerranée et éprouvée par les guerres, la pauvreté et les blocus israélien et égyptien, est le théâtre depuis mars 2018 de protestations hebdomadaires, généralement accompagnées de violences, le long de la barrière frontalière lourdement gardée par l’armée israélienne.

Au moins 251 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens depuis cette date, la grande majorité le long de la frontière, et les autres dans des frappes israéliennes en représailles à des actes hostiles en provenance de l’enclave. Deux soldats israéliens ont été tués depuis cette date.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

  2. ©News

    Les bulletins des Mauves face au Sporting de Charleroi: une défense inspirée, une attaque patraque

  3. «
J’ai beaucoup d’imagination et de spontanéité dans ma manière d’écrire et d’inventer de la musique.
»

    Ibrahim Maalouf: «Ma musique est métissée parce que j’écoute le monde»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite