Gaza: dix-sept Palestiniens blessés par des tirs israéliens lors de heurts

© AFP
© AFP

Dix-sept Palestiniens ont été blessés vendredi par des tirs de soldats israéliens lors de heurts le long de la frontière entre la bande de Gaza et Israël, théâtre depuis près d’un an de protestations hebdomadaires, a indiqué le ministère gazaoui de la Santé.

Dix-sept personnes ont été blessées « par des tirs à balles réelles des forces d’occupation israélienne », a rapporté dans un communiqué le ministère de la Santé de l’enclave palestinienne sous blocus. Trois ambulanciers et un journaliste ont été blessés par des grenades de gaz lacrymogène, a-t-il ajouté.

Les soldats israéliens ont procédé à des tirs à balles réelles « selon les procédures opérationnelles en vigueur », a affirmé à l’AFP l’armée israélienne. «  Il y a près de 8.000 émeutiers qui jettent des pierres, brûlent des pneus et jettent des engins explosifs et des grenades aux troupes et contre la barrière » frontalière, a déclaré une porte-parole de l’armée. « Nous utilisons en réponse des moyens de dispersion et nous tirons, selon les procédures opérationnelles en vigueur », a-t-elle ajouté.

Crimes de guerre ou crimes contre l’humanité, selon l’ONU

Dans un rapport publié jeudi et rejeté comme « partial » par Israël, une commission d’enquête mandatée par le Conseil des droits de l’Homme de l’Onu écrit que la réponse israélienne à la contestation en cours depuis des mois dans la bande de Gaza « peut constituer des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité ». Les enquêteurs soulignent que des soldats israéliens ont visé des civils, dont des enfants.

► Israël responsable de possibles crimes contre l’humanité à Gaza pour une commission de l’ONU

La bande de Gaza, coincée entre Israël, l’Égypte et la Méditerranée et éprouvée par les guerres, la pauvreté et les blocus israélien et égyptien, est le théâtre depuis mars 2018 de protestations hebdomadaires, généralement accompagnées de violences, le long de la barrière frontalière lourdement gardée par l’armée israélienne.

Au moins 251 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens depuis cette date, la grande majorité le long de la frontière, et les autres dans des frappes israéliennes en représailles à des actes hostiles en provenance de l’enclave. Deux soldats israéliens ont été tués depuis cette date.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Crime de guerre|Blessures|Israël|Palestine
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Bruxelles-les-Bains a vécu. La faute aux travaux programmés. Et à une volonté de décentralisation.

    Bruxelles-les-Bains, c’est fini: place à Hello Summer

  2. @News

    Antwerp - Standard: Laszlo Bölöni, entre crainte et respect

  3. L’ail des ours fait partie des plantes sauvages dont la consommation est encouragée par l’ASBL Cuisine sauvage.

    Plantes sauvages: un garde-manger gratuit et accessible

Chroniques
  • Vie privée et numérique: grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Macron: le prix à payer pour une politique «plus humaine»

    L’intervention d’Emmanuel Macron ce jeudi soir était censée ranimer son quinquennat. Un mandat toujours englué, après deux ans de pouvoir, dans une crise sociale sans fin et une impopularité record. Pas sûr que le but ait été atteint.

    Certes, le moment était grave. Il a su trouver le ton juste pour regretter ses erreurs et retracer un...

    Lire la suite