Gaza: dix-sept Palestiniens blessés par des tirs israéliens lors de heurts

© AFP
© AFP

Dix-sept Palestiniens ont été blessés vendredi par des tirs de soldats israéliens lors de heurts le long de la frontière entre la bande de Gaza et Israël, théâtre depuis près d’un an de protestations hebdomadaires, a indiqué le ministère gazaoui de la Santé.

Dix-sept personnes ont été blessées « par des tirs à balles réelles des forces d’occupation israélienne », a rapporté dans un communiqué le ministère de la Santé de l’enclave palestinienne sous blocus. Trois ambulanciers et un journaliste ont été blessés par des grenades de gaz lacrymogène, a-t-il ajouté.

Les soldats israéliens ont procédé à des tirs à balles réelles « selon les procédures opérationnelles en vigueur », a affirmé à l’AFP l’armée israélienne. «  Il y a près de 8.000 émeutiers qui jettent des pierres, brûlent des pneus et jettent des engins explosifs et des grenades aux troupes et contre la barrière » frontalière, a déclaré une porte-parole de l’armée. « Nous utilisons en réponse des moyens de dispersion et nous tirons, selon les procédures opérationnelles en vigueur », a-t-elle ajouté.

Crimes de guerre ou crimes contre l’humanité, selon l’ONU

Dans un rapport publié jeudi et rejeté comme « partial » par Israël, une commission d’enquête mandatée par le Conseil des droits de l’Homme de l’Onu écrit que la réponse israélienne à la contestation en cours depuis des mois dans la bande de Gaza « peut constituer des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité ». Les enquêteurs soulignent que des soldats israéliens ont visé des civils, dont des enfants.

► Israël responsable de possibles crimes contre l’humanité à Gaza pour une commission de l’ONU

La bande de Gaza, coincée entre Israël, l’Égypte et la Méditerranée et éprouvée par les guerres, la pauvreté et les blocus israélien et égyptien, est le théâtre depuis mars 2018 de protestations hebdomadaires, généralement accompagnées de violences, le long de la barrière frontalière lourdement gardée par l’armée israélienne.

Au moins 251 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens depuis cette date, la grande majorité le long de la frontière, et les autres dans des frappes israéliennes en représailles à des actes hostiles en provenance de l’enclave. Deux soldats israéliens ont été tués depuis cette date.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Crime de guerre|Blessures|Israël|Palestine
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron et Angela Merkel, deux «
petits
» du paysage politique international.

    Les secrets du langage du corps à l’usage des «petits»

  2. © D.R.

    #MaPremièreCampagne: Game of Belgium

  3. ©News

    Anderlecht: gagner à Gand pour espérer sauver une si longue histoire européenne

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite