La Belgique veut que l’Europe taxe les voyages en avion

C’est le nouveau ministre flamand de l’Environnement, Koen Van den Heuvel (CD&V), qui est à l’origine de cette proposition.
C’est le nouveau ministre flamand de l’Environnement, Koen Van den Heuvel (CD&V), qui est à l’origine de cette proposition. - Belga

Mardi prochain, lors du conseil des ministres de l’Environnement, notre pays proposera à ses partenaires européens d’introduire une fiscalité sur l’aviation commerciale. Il pourrait s’agir d’une taxe sur le kérosène ou sur les billets d’avion. La Belgique s’inscrit ainsi dans une démarche initiée par la France et les Pays-Bas. Lors du dernier conseil des ministres européens des Finances, le 12 février, Alexander De Croo (VLD) avait déjà soutenu une proposition similaire des Néerlandais.

Charles Michel sur le climat: «Si la Belgique est la seule à prendre des mesures, cela risque d’aboutir à des pertes d’emplois»

Cette fois, la question est soumise par le ministre flamand de l’Environnement Koen Van den Heuvel (CD&V). Et c’est le Wallon Jean-Luc Crucke (MR) qui défendra la proposition. La note remise par la Belgique à ses partenaires explique : « Il faut une tarification juste et correcte du transport aérien au regard de son impact sur l’environnement. Actuellement, il n’y a pas de taxation sur le kérosène ni de TVA sur les billets d’avion. Des modes de transport plus respectueux de l’environnement comme le chemin de fer sont donc plus taxés que le transport aérien. »

►Voici les contours du plan énergie-climat belge

Le document précise que la tarification « devrait prendre en compte les coûts externes, appliquant ainsi le principe du pollueur-payeur et rétablira une concurrence honnête avec les autres moyens de transport. Elle pourrait inciter les compagnies aériennes et les producteurs d’avions à investir dans une transition vers une économie climatiquement neutre (par exemple la recherche dans des carburants “verts”) et pourrait générer des moyens financiers publics pour investir dans des transports alternatifs plus respectueux de l’environnement ».

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles ont durablement marqué le pays, jusque dans ses procédures judiciaires.

    Comment les attentats du 22 mars ont changé la justice

  2. belgaimage-91136168-full

    In memoriam: les portraits des victimes du 22 mars

  3. POLITICS NEUFCHATEAU LOCAL ELECTIONS FRAUD

    Dimitri Fourny inculpé: une catastrophe pour le CDH

Chroniques
  • La même que moi, la même que la mienne…

    En matière de norme grammaticale, il est souvent difficile de trancher de manière péremptoire. Que penser, par exemple, de cette phrase : pour la même raison que moi , des milliers de manifestants seront dans la rue ce dimanche ? De nombreux francophones ne verront aucun problème dans cet énoncé ; mais il s’en trouvera qui préféreront : pour la même raison que la mienne.

    La deuxième formulation exprime une comparaison entre deux termes de même rang syntaxique (la même raison et la mienne), alors que la première corrèle un complément (la même raison) et le sujet (moi) d’un verbe sous-entendu. Cette dissymétrie, parfois ressentie comme peu soignée, ne peut être taxée d’incorrecte. Libre à vous d’en user de la même façon que moi. Ou que la mienne…

    La même question que lui ?...

    Lire la suite

  • 22 mars 2016: temps des victimes, temps judiciaire

    Le temps est un redoutable ennemi. Il affaiblit insidieusement mais inéluctablement la compassion due aux victimes des attentats du 22 mars 2016 mais permet aussi à la société belge de tourner lentement l’une des pages les plus sombres de son histoire. Les commémorations qui auront lieu aujourd’hui ont cette utilité magique : raviver la solidarité à l’égard des victimes et inviter notre société à ne pas tourner la page trop vite en oubliant ce que fut ce matin tragique du 22 mars.

    Trois ans pour...

    Lire la suite