La Belgique veut que l’Europe taxe les voyages en avion

C’est le nouveau ministre flamand de l’Environnement, Koen Van den Heuvel (CD&V), qui est à l’origine de cette proposition.
C’est le nouveau ministre flamand de l’Environnement, Koen Van den Heuvel (CD&V), qui est à l’origine de cette proposition. - Belga

Mardi prochain, lors du conseil des ministres de l’Environnement, notre pays proposera à ses partenaires européens d’introduire une fiscalité sur l’aviation commerciale. Il pourrait s’agir d’une taxe sur le kérosène ou sur les billets d’avion. La Belgique s’inscrit ainsi dans une démarche initiée par la France et les Pays-Bas. Lors du dernier conseil des ministres européens des Finances, le 12 février, Alexander De Croo (VLD) avait déjà soutenu une proposition similaire des Néerlandais.

Charles Michel sur le climat: «Si la Belgique est la seule à prendre des mesures, cela risque d’aboutir à des pertes d’emplois»

Cette fois, la question est soumise par le ministre flamand de l’Environnement Koen Van den Heuvel (CD&V). Et c’est le Wallon Jean-Luc Crucke (MR) qui défendra la proposition. La note remise par la Belgique à ses partenaires explique : « Il faut une tarification juste et correcte du transport aérien au regard de son impact sur l’environnement. Actuellement, il n’y a pas de taxation sur le kérosène ni de TVA sur les billets d’avion. Des modes de transport plus respectueux de l’environnement comme le chemin de fer sont donc plus taxés que le transport aérien. »

►Voici les contours du plan énergie-climat belge

Le document précise que la tarification « devrait prendre en compte les coûts externes, appliquant ainsi le principe du pollueur-payeur et rétablira une concurrence honnête avec les autres moyens de transport. Elle pourrait inciter les compagnies aériennes et les producteurs d’avions à investir dans une transition vers une économie climatiquement neutre (par exemple la recherche dans des carburants “verts”) et pourrait générer des moyens financiers publics pour investir dans des transports alternatifs plus respectueux de l’environnement ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190716-3V2NE5 2019-07-16 14:13:29

    La Lune a marqué les Hommes, ils y ont laissé leurs traces (infographie)

  2. Presse-papier01

    Pour les histoires de cœur, Internet a remplacé l’ami entremetteur

  3. Les seins nus étaient un symbole de libération de la femme dans les années 70. Aujourd’hui, beaucoup de Romandes ne portent pas de soutien-gorge pour leur propre confort.

    A Genève, les seins se passent de soutien

Chroniques
  • A-t-on «bruxellé» sur la Lune?

    Du Brussels Vloms sur la Lune ?

    Nul n’ignore que les prétendus premiers pas de l’homme sur la Lune le 21 juillet 1969 relèvent de la fake news – pardon, de l’infox. Et que le premier à fouler le sol lunaire n’est pas l’Américain Neil Armstrong, mais notre compatriote Tintin, reporter de son état, dont les aventures lunaires ont été contées par Hergé dans les albums Objectif Lune (1953) et On a marché sur la Lune (1954). La vérité ayant repris ses droits, posons-nous une question essentielle : aurait-on parlé bruxellois sur la Lune ?

    Les fidèles de cette chronique connaissent déjà la réponse : le billet de la semaine dernière a...

    Lire la suite

  • Faut-il remettre la main sur la Lune?

    Elle est là depuis les premiers jours de la Terre et elle est le musée des premiers moments de l’Univers. Fascinante, elle est gravée à Lascaux, célébrée en Egypte, niée par l’Inquisition. Verne et Wells imaginent comment sonder son mystère. Méliès en fait une farce philosophique. C’est d’une guerre que naîtront carburants et calculateurs, clés du voyage. C’est d’une autre, froide, que viendra l’accomplissement, dans un délai exceptionnellement court. Les pionniers furent téméraires et, heureusement, un peu chanceux, à dos de Saturn, la...

    Lire la suite