Accueil Opinions Éditos

L’antisémitisme, ce canari dans la mine…

L’édito de Béatrice Delvaux.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

L ’antisémitisme, c’est toujours une répétition générale à l’explosion de la violence.  » Il faut prendre le temps de lire l’interview que Delphine Horvilleur donne au Soir ce week-end. Parce que cela nous concerne, parce que cela nous fait réfléchir, que cela rend de la complexité à la dangereuse et perverse dictature des mots et des raisonnements simples.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Lefebvre Marianne, dimanche 3 mars 2019, 10:40

    Mettre en garde contre toute forme de racisme et d'anti (ajouter le nom de la religion), pas seulement l'antisémitisme. Mettre en garde contre la banalisation explosive du racisme et de la xénophobie dans leur ensemble. Ne pas se limiter à un seul cas Tous les racismes sont odieux et il faut les dénoncer TOUS

  • Posté par Monsieur Alain, dimanche 3 mars 2019, 8:08

    Je ne comprends toujours pas pourquoi ! Il y a-t-il un gène de la haine, du rejet de l'autre, du désamour de ses semblables ? "On" situe généralement le début du cycle au moment de la déshumanisation de l'autre. Après, le pire devient possible.

  • Posté par delpierre bernard, samedi 2 mars 2019, 17:01

    Pour ne pas tomber sous le coup de la loi, les antisémites se qualifient d'anti-sionistes pour justifier leurs desseins d'éliminer les juifs en rayant l'État d'Israël pour la création duquel l'URSS de Staline avait aussi donné son accord.. On peut être en désaccord avec la politique d'un état sans pour autant tenir un discours de haine à l'encontre de ses ressortissants et de ceux qui sont censés appartenir à cette religion comme l'exemple de ce pauvre Halimi torturé durant des semaines avant d'être quasiment achevé par des jeunes voyous désœuvrés et ancrés dans leurs préjugés aux relents aussi religieux.

Aussi en Éditos

Édito La parole des victimes du 22 mars doit encore nous interpeller

Les mots durs des victimes nous rappellent que le désir de vengeance reste un sentiment humain. Et que c’est notamment afin de ne pas y céder que notre société s’est dotée d’outils permettant de rendre la justice à la place des victimes. Quand ces outils sont menacés, leur parole nous oblige à rester en alerte et à le dénoncer.

Voir plus d'articles

Le meilleur de l’actu

Inscrivez-vous aux newsletters

Je m'inscris

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs