Grand Prix E3 de cyclisme: « Ce n’est pas misogyne, mais artistique », estime le créateur Jacques Coussens

Grand Prix E3 de cyclisme: « Ce n’est pas misogyne, mais artistique », estime le créateur Jacques Coussens
Photo News

Grande incrédulité vendredi soir chez Jacques Coussens, le concepteur de l’affiche de la course cycliste E3 Harelbeke. L’organisation de l’épreuve du WolrdTour a reçu un email de l’UCI disant que le «visuel grenouille» est inacceptable. On estime à Aigle, où siège l’Union cycliste internationale, que la campagne devrait être arrêtée. L’image visuelle montre deux femmes peintes entièrement sur le corps et emmêlées de façon à représenter une grenouille verte. Au-dessus figure le slogan : «Qui va se couronner prince à Harelbeke ?" »

De l’art

«Vendredi soir, nous avons reçu un e-mail de l’UCI nous disant qu’elle voulait que nous arrêtions notre campagne avec l’affiche. Elle serait trop misogyne. J’appelle ça de l’art », avance Jacques Coussens.

Et d’expliquer : «L’affiche est une représentation d’un conte de fées des frères Grimm. Une grenouille y est embrassée par une jeune fille et devient ainsi un beau prince. Vous pouvez trouver cette image sur notre visuel. Les deux femmes sur la toile sont nos deux miss sur le podium. Elles embrasseront le vainqueur et donc il deviendra le prince de Harelbeke. »

«Nous allons examiner avec le conseil ce que nous pouvons faire. N’oubliez pas qu’il y a beaucoup d’affiches ici et là. Je ne comprends pas le raisonnement de l’UCI. Misogyne ? Je pense qu’il est dommage que nous soyons de nouveau avec notre affiche dans l’actualité.», conclut-il.

En 2015, une vue sur un slip bleu sous une robe de femme et la formule : « Qui va les pincer à Harelbeke ? » avait provoqué une controverse si vive que les organisateurs avaient finalement décidé de retirer eux-mêmes l’affiche. Reste à savoir si celle de 2019 connaîtra un sort identique.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous