Le frère de l’auteur de l’attentat de Strasbourg sème la panique

© Reuters
© Reuters

La garde à vue de Malek Chekatt, le frère aîné de l’auteur de l’attentat de Strasbourg interpellé après avoir posté des messages « alarmants » sur Facebook, a été prolongée samedi pour 24 heures, a-t-on appris de source proche du dossier.

Les messages postés sur le réseau social par cet homme de 38 ans avaient déclenché vendredi la mobilisation de l’ensemble des services de police de la capitale alsacienne afin de parer un éventuel passage à l’action.

« Ce soir, je fais la une de BFM, à 18H30 précise (sic) », avait-il notamment écrit, paraphrasant les menaces proférées par son frère Chérif avant son équipée meurtrière contre le marché de Noël, le 11 décembre.

« Tout est planifié. Veni vidi Vinci (sic) », a ajouté Malek Chekatt avant de poster d’autres messages pour atténuer la portée de ses menaces, selon le journal les Dernières nouvelles d’Alsace qui évoque « un contexte de fragilité psychologique ».

Arrêté vendredi soir

Ces messages étaient accompagnés d’une photo montrant cinq armes, deux fusils d’assaut, un fusil et deux pistolets, ainsi qu’un gilet pare-balles.

Arrêté vers 16 heures à proximité de son domicile, non loin du centre de Strasbourg, Malek Chekatt a été placé en garde à vue dans les locaux de l’Hôtel de police après une perquisition de son logement.

Le soir de l’attaque contre le marché de Noël perpétrée par son frère, il s’était présenté de lui-même à la police judiciaire. Placé en garde à vue, il avait été remis en liberté sans qu’aucune charge ne soit retenue contre lui.

Chérif Chekatt, 29 ans, avait tué cinq personnes et en avait blessé une dizaine d’autres dans le centre historique de Strasbourg. Il avait été abattu par une patrouille de police après deux jours de traque, dans un quartier situé au sud de la ville. L’assaillant avait prêté allégeance à l’organisation État islamique, selon une vidéo trouvée par les enquêteurs sur une clé USB.

Sur le même sujet
PoliceStrasbourg
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Borders
» au Public.

  2. Dominique Leroy, remerciée par le personnel de Proximus lors de son arrivée au siège de l’entreprise ce jeudi. Le parquet, lui, enquête.

    La sortie très chahutée de Dominique Leroy

  3. Pierre-Yves Dermagne

    Vente de Voo et de Win: l’Arc-en-ciel reprend le contrôle dans l’affaire Nethys

La chronique
  • {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Nethys: le chaos, la clarté et l’hystérie

    La clarté ou le chaos ? Il y a désormais des deux dans le dossier Nethys. Et il va falloir au nouveau ministre de tutelle, Pierre-Yves Dermagne, beaucoup de méthode, de sang-froid, d’expertise et d’indépendance politique pour dénouer ce sac de nœuds.

    Ces derniers mois, c’est l’opacité qui a régné sur la restructuration du groupe liégeois, confisquée par un management, un conseil d’administration, quelques hommes et...

    Lire la suite