Euromillions League: Mons-Hainaut a limité la casse à Ostende (73-51)

@Photonews
@Photonews

Ostende 73

Mons-Hainaut 51

QT : 26-10, 15-12, 18-18, 14-11

Ostende : De Vries 2-2, Lambrecht 8-2, LASISI 3-6, Schwartz 0-4, Buza 6-0, Mwema 2-0, DESIRON 8-6, DJORDJEVIC 6-2, KESTELOOT 2-2, FIELER 2-4, Djurisic 2-4

BMH : JONES 4-3, UPSHUR 2-8, CHRABASCZ 4-2, CAGE 0-3, Giancaterino 1-0, Houdart 2-0, Mortant 0-9, NIKOLIC 7-2, Van Caeneghem 0-0, Moris 2-2

Pour prétendre donner du fil à retordre aux Ostendais, dans leur Sleuyter Arena qui plus est, n’importe quelle équipe doit, pour bien faire, s’y présenter au complet. Ce n’était pas le cas de Mons-Hainaut, hier, privé de ses ailiers attitrés depuis que Smith a rejoint Lasisi à l’infirmerie ce jeudi. La coupe était pleine, pensait-on, pour Daniel Goethals. Eh bien, non, Upshur étant annoncé diminué par une entorse au pied ! L’ailier, encore un décidément, a malgré tout joué.

Si la rencontre semblait partie sur un mode équilibré, elle tourna vite, trop vite, à l’avantage des Côtiers, qui ne tardaient d’ailleurs pas à prendre le large sous l’impulsion de l’inévitable Djordjevic. Le Montois Nikolic, meilleur marqueur du premier quart-temps (7), confirmait ses bonnes sensations retrouvées. Il était cependant bien seul pour tenter de percer la solide défense flandrienne. Le second quart était la copie conforme du premier. Chaque offensive ostendaise, ou presque, faisait mouche. Les Renards, en revanche, devaient littéralement s’arracher pour approcher la raquette adverse. Et quand ils y arrivaient, maladresse et manque de réussite s’en mêlaient un peu trop souvent.

Après la pause, les Ostendais, forts d’un écart de 20 points environ, faisaient tourner, sans doute en vue de la finale de Coupe de Belgique de dimanche prochain. Ils eurent alors un peu de déchet offensif. BMH en profita pour enchaîner et ainsi, atténuer quelque peu la sévérité des chiffres : 18-18 dans le troisième quart-temps, soit presque autant de points inscrits que lors des deux premiers ! Le dernier QT n’apporta rien de neuf, Ostende se contentant de maintenir sa proie à distance.

Malgré un contexte difficile, Daniel Goethals voulait que ses hommes offrent une réplique consistante. Au final, ils ont fait ce qu’ils ont pu, terminant mieux la partie qu’ils ne l’avaient entamée. Mais une fois encore, ils ont dû constater la supériorité ostendaise.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Deux migrants venus de Côte d’Ivoire en route pour le col de l’Echelle. Au risque d’accidents s’ajoutent les menaces de l’extrême droite identitaire. © AFP.

    Dans les Alpes, les migrants fuient l’Italie de Salvini

  3. Pour la gauche en revanche, Steve Bannon est le diable en personne. Ce qui lui convient plutôt.

    Élections européennes: la méthode Steve Bannon

Chroniques
  • L’élection cachée

    Elections gâchées d’abord ; la première chose qui me frappe, dans la campagne nationale et européenne, c’est le poids de plus en plus lourd que pèsent les rumeurs, les fake news, les manipulations de toutes sortes. Plutôt que de mettre en avant un programme, les candidats se lancent dans des attaques plus ou moins masquées visant à discréditer l’adversaire. Un tel prendrait tel autre dans son équipe, lequel serait ceci ou cela… Il aurait dit que… L’argumentaire porte sur les intentions prêtées (ou volées), pas sur les propositions réelles et les actes. J’ai pointé l’importance que risque de jouer un personnage comme Steve Bannon dans la prochaine élection européenne  ; mais ce que Bannon joue à grande échelle (la manipulation, la désinformation, l’attaque personnelle…) est devenu le comportement de base.

    On aurait pu espérer que des élections rectorales dans une université se passent différemment ; les académiques et chercheurs, leurs étudiants, sont supposés...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite