Les femmes appelées à faire la grève le 8 mars et à se rassembler à Bruxelles

© Belga
© Belga

L’appel a été lancé, ce samedi, à Bruxelles, à une grève des femmes dans tout ce qu’elles ont l’habitude de faire, vendredi 8 mars prochain, à l’occasion de la journée mondiale des droits des femmes. A l’initiative de cet appel se trouve le Collecti.e.f 8 maars. Il a pu rassembler autour de mêmes revendications différents syndicats et associations. Le 8 mars, un grand rassemblement est prévu au Carrefour de l’Europe, dans le centre de Bruxelles. D’autres actions sont aussi prévues dans certaines entreprises et universités à Bruxelles comme en Wallonie et en Flandre.

Le hashtag #8maars est lancé! Les femmes ou toute personne s’identifiant comme femme sont appelées, le 8 mars prochain lors de la journée mondiale des droits des femmes, à une grève du travail salarié, une grève du soin aux autres, une grève de la consommation ou une grève étudiante. En fonction de qui elles sont et d’où elles se trouvent, les femmes sont encouragées par le Collecti.e.f 8 maars à montrer que «quand les femmes s’arrêtent, le monde s’arrête».

Par cette grande action, le collectif entend dénoncer le fait que les femmes sont encore trop souvent victimes de discriminations en Belgique comme partout ailleurs dans le monde, que ce soit au travers de leur rémunération salariale, au travers des tâches qu’elles exercent dans leur ménage, ou au travers de taxes sur des produits de consommation comme la «taxe rose» (taxe spécifiquement apposée sur des produits destinés aux femmes, notamment les produits d’hygiène intime).

Plusieurs manières de participer

«Chaque femme peut prendre part à la grève à sa manière, selon ses possibilités, ses affinités, ses envies et sa réalité quotidienne. Pour celles qui ne peuvent pas se mettre à l’arrêt toute la journée, le Collecti.e.f 8 maars propose de faire du bruit là où elles se trouveront à 14h le 8 mars», explique Moana Genevey, membre de ce collectif.

«Il y encore d’autres façons de participer à la grève: en postant un message sur les réseaux sociaux avec le hashtag #8maars, de s’habiller en mauve, de mettre une affiche de soutien ou un slogan à la fenêtre, d’accrocher un tablier, un essuie ou une paire de gants de ménage à l’extérieur de chez soi, d’installer une réponse automatique sur sa boîte mail...», indique Malika Roelants, également membre du Collecti.e.f 8 maars.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  2. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

  3. La Belge Sylvia Huang se produira ce lundi.

    Dernière ligne droite pour les finalistes du Reine Elisabeth

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite