Viktor Orban va remplacer Jean-Claude Juncker par Frans Timmermans sur ses affiches

© Reuters
© Reuters

Viktor Orban et son parti Fidesz persistent avec leur campagne d’affichage. Les affiches auront désormais pour cible le vice-président de la Commission européenne et candidat de la gauche européenne Frans Timmermans.

Lancée en février, la campagne d’affichage hongroise ciblait jusqu’à présent principalement le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker. Elle montrait le président de la Commission européenne hilare, avec derrière lui l’homme d’affaires hongro-américain George Soros, l’air narquois. «  Vous avez aussi le droit de savoir ce que prépare Bruxelles  », peut-on lire en gros caractères. Avec en sous-texte : «  Ils veulent imposer le quota de migrants. Ils veulent affaiblir le droit des États membres à défendre leurs frontières. Ils veulent faciliter l’immigration avec des visas pour les migrants  ».

La campagne d’affichage avait relancé la discussion autour de l’exclusion du parti d’Orban du PPE.

Viktor Orban répond au CDH et au CD&V qui demandent son exclusion du PPE : « Ce sont des idiots utiles »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. COP25 à Madrid

    COP25: un échec pour le multilatéralisme et pour le climat

  2. «
Il est temps maintenant d’arrêter les postures disant qu’on veut bien négocier mais qu’on ne négocie pas réellement.
» © Mathieu Golinvaux.

    Sabine Laruelle (MR): «PS et N-VA doivent tomber les masques»

  3. Anna Karina, en 2018.

    Anna Karina, première muse de Godard, ne chantera plus sous le soleil

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite