Benoît Lutgen: «Le CDH a sa place au PPE, pas Victor Orban»

© Hatim Kaghat | Le Soir
© Hatim Kaghat | Le Soir

Benoît Lutgen (CDH) se veut philosophe face aux propos de Victor Orban dimanche matin dans une interview accordée au magazine allemand Welt am Sonntag. L’ex-patron du CDH, désormais candidat aux élections européennes n’est pas étonné de voir le président hongrois tomber dans l’insulte. « Il est dans le registre de la provocation depuis des années et de façon croissante ces derniers mois. »

Ce qui change, et qui fait plaisir à celui dont le parti est membre du même groupe que celui d’Orban, au Parlement européen, c’est que le malaise que le CDH ressent est de plus en plus partagé. Le CD&V mais aussi la droite au Portugal, au Luxembourg et dans les pays nordiques ont fait savoir que les derniers agissements de Victor Orban ne passaient plus. Pas assez toutefois que pour enclencher la procédure d’exclusion du Fidesz au sein du PPE, il aurait fallu que sept pays en face la demande avant le 1er mars, « mais même si on ne l’exclut pas, il finira par pas partir rejoindre ses partenaires naturels de la droite radicale », assure Benoît Lutgen.

Le CDH restera au PPE

Face à la montée des tensions en interne au PPE, Benoît Lutgen trouve que c’est à Orban de partir, pas au CDH. « Une fois que les dégoûtés seront partis du PPE, il ne restera plus que les dégoûtants. » L’humaniste rappelle que le PPE, c’est aussi Michel Barnier et Angela Merkel, « la plus courageuse ces dernières années par rapport à la conviction européenne. Orban ne va pas polluer l’ensemble du PPE. C’est vrai que certains pays sont déjà contaminés mais c’est à eux de s’en aller. Le PPE a une longue histoire au sein de l’Union européenne, parmi les fondateurs. Il faut le nettoyer de l’intérieur. »

Benoît Lutgen répète ce qu’avaient déjà dit Maxime Prévot et Wouter Beke, président du CD&V, il y a quelques jours : « Orban n’a plus sa place au PPE. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous