Accueil Belgique Politique

Quand les partis inventent leur propre écologie

Obligés de prendre position sur la question environnementale, afin d’exister dans l’arène médiatique, les partis politiques y vont tous de leur concept « éco » quelque chose. Les dénominations d’écoréalisme, écopragmatisme ou écosocialisme, n’ont évidemment pas été choisies au hasard.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 5 min

Déjà deux mois que les jeunes battent le pavé tous les jeudis, et même d’autres jours de la semaine, faute de réponse concrète des partis politiques en matière de lutte contre le réchauffement climatique. Ces derniers ne sont pourtant ni sourds, ni muets face à la protestation de la rue. Ils écoutent les discours d’Anuna De Wever puis répondent à coup d’écologie, d’écoréalisme, d’écosocialisme ou encore d’écopragmatisme. Encore faut-il comprendre ce qu’ils entendent par là. Entre les convaincus et ceux qui tentent juste d’exister, difficile d’y voir clair.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Bricourt Noela, lundi 4 mars 2019, 8:49

    Communautaire, sécuritaire, idenditaire et maintenant écoréalisme… vaste programme

  • Posté par Theys Jos, dimanche 3 mars 2019, 21:16

    Ce que les ecoréalistes réalisent pour l'instant: une zone de basse émissions à Anvers, un réseau de vapeurs qui distribu la chaleur dans les entreprises, le réseau de "walstroom" est en réalisation ceci permettra aux navires d'utiliser le courant du réseau à la quai plutot que faire tourner ses génératrices (épargne de 18.000Kg de CO2 par escale). Autres objectifs:aider à faire modifier les normes d'émission sur mer (il y a 100.000 navires au monde, les 17 plus grands porte-containeurs émettent autant que toutes les voitures au monde). La technologie existe, mais des règles internationales enpèchent d'évoluer. Les normes pour la marine fluviale changeront déjà en 2021.

  • Posté par Lambotte Serge, dimanche 3 mars 2019, 21:10

    Toujours en train de brailler l'ami Bart.Mais pour ce qui est de trouver des solutions,il est toujours aux abonnés absents.

  • Posté par stals jean, dimanche 3 mars 2019, 19:47

    Quand on entend dire par les matamores MR et par ceux de la NVA aussi bien entendu: "qui va payer la transition énergétique, qui va coûter beaucoup d'argent... On se demande vraiment si ces gens la ne sont pas tout compte fait pas d'irrémédiable d' incurables débiles profonds...L'argent en question, càd les euros, les dollars, etc etc il n'y en n'a jamais eu autant au point que de ces océans de fric,ces liquidités, les mafias financières mondialisées ne savent plus quoi en faire...La fraude l'évasion fiscale est estimée rien que pour l'Europe à 2000 milliards d'euros...0.1% de taxe sur les transactions financières mondiales et permanentes, et plus aucune Nation ne serait endettée...Et ces trouducs, de la politique, ces collabos de l'ultralibéralisme économique fascisant au sens littéral du terme, ces collabos de la dictature de l'actionnariat mondialisée.se demandent "qui va payer la transition énergétique"... Plus de 200 milliards d'euros dorment rien que sur des comptes d'épargnes en Belgique... On imagine ces mannes de fric à investir dans la protection de l'environnement plutôt que dans la spéculation financière, plutôt que dans l'économie virtuelle qui ne rapporte qu'à "une poignée"...A croire que ces gens donnent leurs ordres depuis la planète Mars...

  • Posté par POUPAERT Jacques, dimanche 3 mars 2019, 18:40

    L'écologie est une science, elle n'a rien de politique.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs