Les djihadistes ne devront pas compter sur l’aide des Pays-Bas pour les rapatrier de Syrie

© Reuters
© Reuters

Les combattants néerlandais de l’organisation terroriste Etat islamique voulant revenir aux Pays-Bas depuis la Syrie ne doivent pas compter sur l’aide de la justice de leur pays. «Quiconque se signalant dans une ambassade ou un consulat des Pays-Bas sera arrêté et poursuivi», a ainsi prévenu dimanche le ministère de la Justice et de la Sécurité. Celui-ci réagissait à la volonté déclarée du djihadiste néerlandais Yago Riedijk de rentrer au pays avec sa femme et son fils récemment né bien qu’il n’ait pas souhaité évoquer un cas en particulier.

Le combattant, originaire d’Arnhem, a rallié l’Etat islamique en 2015 en Syrie. Il s’est ensuite marié peu après avec Shamima Begum, une Londonienne alors âgée de 15 ans, juste après l’arrivée de l’adolescente à Raqqa. Dans une interview à la BBC, il a raconté qu’il l’avait en effet trouvée très jeune mais que la jeune femme elle-même avait demandé cette union.

L’homme, âgé aujourd’hui de 27 ans, est actuellement dans un centre de détention du nord-est de la Syrie. Condamné par défaut pour avoir rejoint une organisation terroriste, une peine de six ans d’emprisonnement l’attend à son retour aux Pays-Bas.

Après avoir fui avec lui les combats dans l’est du pays, Shamima Begum a, elle, été cantonnée dans le camp de réfugiés d’Al-Hol (nord-est de la Syrie) où elle a accouché mais elle aurait depuis été transférée dans un autre endroit. D’origine bangladaise, elle est née au Royaume-Uni. Londres l’a déchue de sa nationalité britannique en invoquant des raisons de sécurité, estimant qu’elle était en droit de demander le passeport bangladais. Mais le Bangladesh refuse de l’accueillir, indiquant qu’elle n’en a jamais demandé la nationalité.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous