Accueil Air du temps

Une courte mais intense aventure du poil

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 1 min

Tout a commencé au lendemain du réveillon, le foie en compote et la flemme prononcée. Pas envie de bouger, même pas pour se traîner devant le miroir, question de se raser comme chaque matin depuis tant d’années. Il fallait bien justifier cette négligence post-bombances. D’où l’idée de clamer la résolution ferme de changer de tête en même temps que d’année. La barbe de trois jours avec sa touche virile serait le nouveau credo, expliqué à la famille et vendu au boulot, même si, perso, on n’y croyait pas trop. Avant la douche, il a fallu perdre le réflexe de saisir l’engin à trois têtes rotatives sur cinq axes avec affichage digital. Dur. Au bout d’une poignée de jours, les collègues ont multiplié les remarques encourageantes et les moues réprobatrices. Hard. Mais ce qui a eu raison de cette tentative d’évasion pileuse, ce sont ces insupportables démangeaisons, surtout au niveau de la gorge, comme affublée d’un bout de paillasson chaud et piquant. La condamnée fut barbante, harassante à raser.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Air du temps

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs