Décès d’une fillette de 6 ans à Mont-Saint-Guibert: la mère est inculpée d’infanticide

© Belga
© Belga

La mère de la fillette de six ans retrouvée morte vendredi dans une habitation de Mont-Saint-Guibert, a été inculpée d’infanticide et placée sous mandat d’arrêt, a indiqué lundi le procureur du Roi du Brabant wallon à l’agence Belga.

Un important déploiement policier et des services de secours avait été observé vendredi après-midi devant une habitation située le long de la rue de Corbais, dans le quartier de la gare de Mont-Saint-Guibert. Le corps sans vie d’une enfant âgée de 6 ans y a été découvert.

La mère nie les faits

Un juge d’instruction est descendu sur les lieux. Plusieurs devoirs d’enquête devaient ensuite être pratiqués, dont une autopsie de l’enfant.

La mère de la fillette, une femme célibataire née en 1979, a été inculpée d’infanticide durant le week-end et placée sous mandat d’arrêt. Elle nie les faits qui lui sont reprochés.

Quant aux circonstances du drame, il apparaît que la petite fille est décédée des suites d’une strangulation. «Les constations matérielles ne permettent pas d’établir l’intervention d’une tierce personne», précise le procureur brabançon.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron et Angela Merkel, deux «
petits
» du paysage politique international.

    Les secrets du langage du corps à l’usage des «petits»

  2. © D.R.

    #MaPremièreCampagne: Game of Belgium

  3. ©News

    Anderlecht: gagner à Gand pour espérer sauver une si longue histoire européenne

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite