Ixelles: des affiches féministes à la place de panneaux publicitaires

© Le Soir
© Le Soir

Un groupe de militantes féministes a ouvert, dans la nuit de dimanche à lundi, les panneaux publicitaires d’environ 70 arrêts de tram et de bus à proximité du campus de l’Université libre de Bruxelles (ULB) à Ixelles, pour remplacer les images commerciales de femmes par des messages engagés annonçant la journée internationale des droits des femmes du 8 mars.

En arrachant les publicités qui montrent des jeunes femmes dénudées particulièrement minces, le collectif s’attaque au sexisme lié au diktat de ces critères de beauté. De plus, les militantes s’opposent à l’utilisation de cette journée de mobilisation pour les droits des femmes à des fins commerciales. Elles critiquent la dénomination de « journée de la femme », qui permet aux entreprises de proposer des promotions ou d’appeler à offrir des fleurs, des sous-vêtements et des cadeaux aux femmes.

Les slogans lisibles sur les affiches abordent différentes facettes du sexisme comme la culture du viol, le poids de la charge mentale ou les violences faites aux femmes. « C’est pas de tes roses que je veux, c’est la fin du patriarcat » est l’un des messages figurant sur les affiches.

Le logo du « collecti.e.f 8 maars » rappelle l’appel à une grève des femmes vendredi. La mobilisation pour cet événement s’est construite autour du slogan « quand les femmes s’arrêtent, le monde s’arrête ». Elles sont appelées à cesser de travailler mais aussi de consommer, de prendre soin des autres et d’étudier.

Un rassemblement pour les droits des femmes aura de plus lieu toute la journée au carrefour de l’Europe à Bruxelles. À 17h00, une marche partira de la gare centrale. D’autres mobilisations sont prévues en Belgique.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles ont durablement marqué le pays, jusque dans ses procédures judiciaires.

    Comment les attentats du 22 mars ont changé la justice

  2. belgaimage-91136168-full

    In memoriam: les portraits des victimes du 22 mars

  3. POLITICS NEUFCHATEAU LOCAL ELECTIONS FRAUD

    Dimitri Fourny inculpé: une catastrophe pour le CDH

Chroniques
  • La même que moi, la même que la mienne…

    En matière de norme grammaticale, il est souvent difficile de trancher de manière péremptoire. Que penser, par exemple, de cette phrase : pour la même raison que moi , des milliers de manifestants seront dans la rue ce dimanche ? De nombreux francophones ne verront aucun problème dans cet énoncé ; mais il s’en trouvera qui préféreront : pour la même raison que la mienne.

    La deuxième formulation exprime une comparaison entre deux termes de même rang syntaxique (la même raison et la mienne), alors que la première corrèle un complément (la même raison) et le sujet (moi) d’un verbe sous-entendu. Cette dissymétrie, parfois ressentie comme peu soignée, ne peut être taxée d’incorrecte. Libre à vous d’en user de la même façon que moi. Ou que la mienne…

    La même question que lui ?...

    Lire la suite

  • 22 mars 2016: temps des victimes, temps judiciaire

    Le temps est un redoutable ennemi. Il affaiblit insidieusement mais inéluctablement la compassion due aux victimes des attentats du 22 mars 2016 mais permet aussi à la société belge de tourner lentement l’une des pages les plus sombres de son histoire. Les commémorations qui auront lieu aujourd’hui ont cette utilité magique : raviver la solidarité à l’égard des victimes et inviter notre société à ne pas tourner la page trop vite en oubliant ce que fut ce matin tragique du 22 mars.

    Trois ans pour...

    Lire la suite