Finale D1B: le Beerschot Wilrijk contre le FC Malines les 9 et 16 mars pour la montée en D1A

Finale D1B: le Beerschot Wilrijk contre le FC Malines les 9 et 16 mars pour la montée en D1A

La Pro League a dévoilé lundi les dates des deux rencontres de la finale de Proximus League, dont le vainqueur sera promu en D1A. Le Beerschot Wilrijk, vainqueur de la seconde tranche, accueillera le FC Malines le samedi 9 mars (20h30). Le match retour est prévu le 16 mars (16h) à Malines.

Au terme d’une passionnante dernière journée de compétition régulière, les Anversois ont empoché le gain de la seconde tranche malgré un partage à Oud-Heverlee Louvain (2-2). En effet, Malines n’a pas été capable de s’imposer simultanément à Lommel, contraint au nul (1-1) après un goal tardif de Rocha, meilleur buteur de la compétition.

Malines, vainqueur de la première tranche, aurait pu valider son ticket pour l’élite du football belge en cas de victoire à Lommel. Reléguées la saison dernière, les troupes de Wouter Vrancken devront donc se débarrasser en finale des ’Ratten’, qui disputent seulement leur deuxième saison en D1B.

Premier de la seconde tranche, le Beerschot Wilrijk accueillera le match aller de cette finale le samedi 9 mars à 20h30 au Kiel. Le retour se déroulera le samedi suivant (16h) ’Achter de Kazerne’. Le vainqueur disputera donc le prochain championnat de D1A alors que le perdant se consolera avec une participation aux playoffs 2. La saison dernière, le Beerschot Wilrijk s’était incliné en finale devant le Cercle de Bruges.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  2. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

  3. Le controversé Roman Polanski, par qui le scandale est arrivé.

    Le petit monde du cinéma français prépare sa révolution

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite