Le moustique tigre se propage en Belgique

Le moustique tigre se propage en Belgique

Des scientifiques internationaux, parmi lesquels des chercheurs de l’Institut de médecine tropicale d’Anvers (IMT), ont dévoilé lundi une série de cartes prédisant la propagation des moustiques tropicaux susceptibles de transmettre des virus tels que la dengue, la fièvre jaune, le chikungunya ou le Zika. Pour les réaliser, les chercheurs ont étudié l’influence de la mobilité et du changement climatique sur la progression des espèces Aedes aegypti et Aedes albopictus (moustique tigre).

>Le moustique tigre à nouveau aperçu dans trois provinces wallonnes

« Cette étude montre, entre autres, que le moustique tigre progresse dans nos régions. Cela démontre une fois de plus l’importance de la surveillance de ces espèces exotiques en Belgique », explique le Dr Wim Van Bortel, chercheur à l’IMT. « Le taux de propagation estimé du moustique tigre en Europe au cours des dernières décennies est d’environ 100 km par an. »

Au cours des dernières années, les moustiques du genre Aedes se sont répandus sur tous les continents et ont été à l’origine de plusieurs épidémies majeures, notamment celle liée au Zika en Amérique latine, précise l’IMT.

Des cartes pour évaluer la propagation

L’étude, publiée dans la revue scientifique Nature Microbiology, fait état de la situation par le biais de cartes en 2020, 2050 et 2080. « Ces cartes permettent (…) de gérer la surveillance et le contrôle des moustiques de manière plus ciblée et de contribuer ainsi à limiter la propagation des épidémies causées par ces moustiques », souligne l’IMT.

>Le moustique tigre repéré en Belgique

« Quelques moustiques tigres en Belgique ne signifient pas que nous devrions nous attendre immédiatement à une épidémie de virus, mais si la population augmente, il y a plus de chance d’une transmission locale de certains virus », indique encore l’IMT. « Les virus tropicaux comme la dengue et le chikungunya arrivent habituellement dans le pays, véhiculés par un voyageur infecté. La France et l’Italie ont déjà été confrontées à de telles épidémies ces dernières années. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

  3. FRANCE-LEONARDO-DA-VINCI-EXHIBITION

    Le Louvre met à l’honneur le vrai Léonard de Vinci

La chronique
  • Michel Barnier, missionnaire et poil à gratter: une personnalité qui contraste avec Boris Johnson

    Par Marc Roche

    Dans un coin de ma mémoire de chroniqueur du Brexit, une petite information mise de côté en sachant qu’elle sera utilisée un jour. La nouvelle Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a nommé Michel Barnier à la tête d’une « task force Royaume-Uni » chargée de la finalisation de l’Article 50 de sortie, de la préparation d’un no deal et de la négociation du futur accord commercial entre l’Union européenne et le Royaume-Uni.

    Dans le chaos actuel du processus du Brexit, cette nouvelle a fait l’effet d’un « vent » dans une assemblée de trappistes : déplorable mais sans importance. Le Premier ministre, Boris Johnson, a en effet d’autres chats à fouetter que de se préoccuper de la nouvelle mission qui serait attribuée, après la ratification de l’accord scellé entre Londres et Bruxelles, à celui qui est considéré par les Brexiteurs comme l’ennemi public numéro un.

    De solides inimitiés...

    Lire la suite

  • Une réforme des pensions doit être socialement acceptable

    Les hommes politiques se trompent parfois (pardonnez l’euphémisme). Après tout, ils sont faits du même bois que nous. Mais quand ils annoncent qu’il faut réformer notre système de pensions, ils ont raison.

    Tout a changé

    Notre premier pilier de pensions s’est construit au lendemain du dernier conflit mondial. La période des « Trente glorieuses » lui a donné sa solidité, en même temps que le « Baby-boom...

    Lire la suite