Le moustique tigre se propage en Belgique

Le moustique tigre se propage en Belgique

Des scientifiques internationaux, parmi lesquels des chercheurs de l’Institut de médecine tropicale d’Anvers (IMT), ont dévoilé lundi une série de cartes prédisant la propagation des moustiques tropicaux susceptibles de transmettre des virus tels que la dengue, la fièvre jaune, le chikungunya ou le Zika. Pour les réaliser, les chercheurs ont étudié l’influence de la mobilité et du changement climatique sur la progression des espèces Aedes aegypti et Aedes albopictus (moustique tigre).

>Le moustique tigre à nouveau aperçu dans trois provinces wallonnes

« Cette étude montre, entre autres, que le moustique tigre progresse dans nos régions. Cela démontre une fois de plus l’importance de la surveillance de ces espèces exotiques en Belgique », explique le Dr Wim Van Bortel, chercheur à l’IMT. « Le taux de propagation estimé du moustique tigre en Europe au cours des dernières décennies est d’environ 100 km par an. »

Au cours des dernières années, les moustiques du genre Aedes se sont répandus sur tous les continents et ont été à l’origine de plusieurs épidémies majeures, notamment celle liée au Zika en Amérique latine, précise l’IMT.

Des cartes pour évaluer la propagation

L’étude, publiée dans la revue scientifique Nature Microbiology, fait état de la situation par le biais de cartes en 2020, 2050 et 2080. « Ces cartes permettent (…) de gérer la surveillance et le contrôle des moustiques de manière plus ciblée et de contribuer ainsi à limiter la propagation des épidémies causées par ces moustiques », souligne l’IMT.

>Le moustique tigre repéré en Belgique

« Quelques moustiques tigres en Belgique ne signifient pas que nous devrions nous attendre immédiatement à une épidémie de virus, mais si la population augmente, il y a plus de chance d’une transmission locale de certains virus », indique encore l’IMT. « Les virus tropicaux comme la dengue et le chikungunya arrivent habituellement dans le pays, véhiculés par un voyageur infecté. La France et l’Italie ont déjà été confrontées à de telles épidémies ces dernières années. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

  2. ©News

    Les bulletins des Mauves face au Sporting de Charleroi: une défense inspirée, une attaque patraque

  3. «
J’ai beaucoup d’imagination et de spontanéité dans ma manière d’écrire et d’inventer de la musique.
»

    Ibrahim Maalouf: «Ma musique est métissée parce que j’écoute le monde»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite