Brexit: grève du zèle des douaniers à Calais et Dunkerque, plusieurs kilomètres de bouchon

Brexit: grève du zèle des douaniers à Calais et Dunkerque, plusieurs kilomètres de bouchon

Des douaniers de Calais (Pas-de-Calais) et Dunkerque (Nord), en France, étaient lundi en grève du zèle «illimitée» à l’appel d’une intersyndicale pour faire la «démonstration de ce qui va se passer avec le Brexit», créant de longues files d’attente de poids-lourds.

Sur plusieurs km de l’A16 menant au tunnel sous la Manche, de longues files de camions patientaient quasiment à l’arrêt, en milieu d’après-midi, ont constaté des journalistes de l’AFP.

En amont de Calais, les autorités laissaient passer au compte-goutte les camions arrivant de Dunkerque, retenus sur 4 km et stockés sur la file de gauche de l’A16, a indiqué la préfecture, précisant que seuls quatre migrants avaient tenté de monter dans les camions.

Les forces de l’ordre craignaient que ces bouchons n’amènent de nombreux migrants à essayer de grimper dans les poids-lourds.

«Les agents font une application stricte des règlements, font des contrôles plus poussés», a rapporté à l’AFP David-Olivier Caron, secrétaire général CFDT-Douanes, qui a appelé à ce mouvement conjointement avec la CGT et l’Unsa.

«Le Brexit est un catalyseur d’un malaise plus profond, la pénibilité du travail, la dangerosité et la nature de nos missions», a-t-il ajouté, demandant à être reçu par le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin.

Selon lui, environ 300 agents travaillent à Calais (au port et à l’Eurotunnel) et une soixantaine au port de Dunkerque.

Entre 5.000 et 7.000 poids-lourds chaque jour

Dans le détail, l’intersyndicale revendique une revalorisation des heures de nuit ("à 7 euros brut contre 1,80 aujourd’hui"), une revalorisation de la prime de risque et plus d’agents supplémentaires pour le Brexit, a précisé Philippe Bollengier (CGT).

«Si la Grande-Bretagne devient un pays tiers, il y aura des contrôles plus approfondis. Vous avez la pleine démonstration aujourd’hui de ce qui va se passer: on estime que les effectifs supplémentaires de 700 agents pour l’ensemble de la France sont insuffisants», a-t-il expliqué.

«Ils semblent dire que leur action préfigure le +Brexit+», mais «ça n’a strictement rien à voir», a réagi auprès de l’AFP Rodolphe Gintz, directeur général de la douane.

«D’une part, parce que leur action n’est pas dans le bon sens -elle vise les camions qui partent vers le Royaume-Uni alors que c’est le pays de destination qui fait les contrôles- et d’autre part, ce n’est pas comme ça que ça va se passer, on ne va pas faire des files de camions, on ne va pas contrôler les camions les uns après les autres à hauteur d’une minute», a-t-il ajouté.

Troisièmement, «il y a des effectifs supplémentaires qui vont arriver dans les Hauts-de-France», à savoir 267 douaniers, a précisé M. Gintz.

Vers 16h00, à quelques centaines de mètres de la zone de contrôle du tunnel, de nombreux camions patientaient; un panneau à l’entrée de la voie d’accès qui mène à la zone de contrôle indiquait «quatre heures d’attente».

«On passe les contrôles canins et ensuite les douanes. Moi, j’ai déjà attendu quatre heures et il m’en reste encore trois ou quatre. Mon collègue qui vient de tout passer à attendu six à sept heures», assure à l’AFP Daniel Maracescu, venu de Roumanie.

Les navettes, sur lesquelles montent les poids-lourds pour traverser le tunnel, partaient avec moins de véhicules à bord mais à la même fréquence, pour ne pas perturber le trafic dans le sens Grande-Bretagne-France, a indiqué à l’AFP le service de presse de Getlink (ex-Eurotunnel).

Le trafic des véhicules légers et des Eurostar se déroulait normalement, selon la même source. Entre 5.000 et 7.000 poids-lourds transitent chaque jour par le tunnel.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Arnaud De Cremer

    Mobilité: rouler en voiture aux heures de pointe à Bruxelles coûtera (encore) plus cher

  2. Image=d-20160526-G7YUED_high

    Coronavirus: les médecins généralistes belges dénoncent un manque d’informations

  3. @AFP

    Ligue des champions: De Bruyne, le héros de Manchester City (vidéos)

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite