Taxer les voyages en avion: quatre pays européens soutiennent la Belgique

Taxer les voyages en avion: quatre pays européens soutiennent la Belgique

La Belgique a proposé mardi à ses partenaires de l’UE d’introduire une fiscalité européenne sur l’aviation commerciale. « Nous sommes convaincus que l’Union doit jouer un rôle de premier plan pour une tarification équitable et correcte du transport aérien », a déclaré le ministre wallon, Jean-Luc Crucke, qui s’exprimait au nom de la Belgique lors d’un conseil des ministres de l’environnement à Bruxelles.

Pendant cette réunion, la délégation belge a donc recommandé une tarification juste du transport aérien au regard de son impact sur l’environnement. Des études montrent que les émissions de CO2 par les vols sont en constante augmentation, a pointé Crucke, évoquant une hausse de 21 % rien qu’au cours des trois dernières années. « La Belgique a sollicité l’inscription de ce point à l’agenda car des efforts supplémentaires seront et sont nécessaires. Il faut empêcher que d’autres secteurs économiques de l’UE aient à compenser les émissions de l’aviation », a insisté le libéral.

Ce dernier a par ailleurs rappelé qu’il n’y avait pour l’heure aucune taxation sur le kérosène ni de TVA sur les billets d’avion, et ce, alors que « des modes de transport plus respectueux de l’environnement, comme le transport ferroviaire, sont plus taxés que le transport aérien ». « Un régime tarifaire européen équitable pour le transport aérien devrait appliquer le principe du pollueur-payeur et rétablir une concurrence loyale avec les autres modes de transport », a-t-il ajouté.

► Lire aussi – La Belgique veut que l’Europe taxe les voyages en avion

Aucun pays ouvertement contre

Pendant le Conseil, Crucke a formellement appelé la présidence roumaine à mettre le point à l’agenda du prochain conseil de l’Environnement, prévu en juin, afin qu’il puisse être débattu en détail. Ces discussions devraient permettre « à la prochaine Commission de faire des propositions », a poursuivi le ministre.

Pour l’heure, l’exécutif européen s’est d’ores et déjà engagé à étudier le dossier et à proposer d’éventuels instruments en la matière.

La France, la Suède, le Luxembourg et les Pays-Bas – ces derniers avaient déjà plaidé pour une telle taxe lors d’un Conseil Ecofin mi-février – ont soutenu la demande de la Belgique lors du Conseil. Aucun pays ne s’est par ailleurs exprimé ouvertement contre la proposition belge.

« Toutes les portes sont ouvertes et je n’en ai entendu aucune qui se fermait », a souligné le ministre libéral. Si l’ensemble des Etats membres de l’UE ne parviennent pas à s’entendre, une coopération renforcée entre certains d’entre eux pourrait peut-être voir le jour, a ajouté Crucke, tout en estimant qu’il était pour l’heure «  prématuré » de se prononcer sur l’avenir du dossier.

Sur le même sujet
Transport aérienVoyages
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le message du président Prévot est clair
: «
Le CDH n’a pas vocation à être le porteur d’eau d’autres partis pour régler leurs difficultés
».

    Négociations gouvernementales: pression sur le CDH qui ne veut pas craquer

  2. Jouet ou rebut, Fourchette
? Woody va devoir payer de sa personne pour que le petit nouveau de la bande accepte son destin et cesse d’avoir envie de se jeter à la poubelle
!

    «Toy story 4»: vers l’infini, au-delà... et un peu plus loin encore!

  3. La source du problème pour les communes
: les contractuels sont devenus plus nombreux que les «
agents nommés
».

    Pensions des agents statutaires: un surcoût d’un milliard pour les communes

Chroniques
  • Europe: le grand gâchis des chefs d’Etat

    A la fin de cette semaine, la Commission européenne aura (en principe) un nouveau président. Homme ou femme, quelles que soient ses qualités intrinsèques, il ou elle sera le produit d’une vraie déception démocratique et d’un moment qui ne grandit pas la mécanique européenne de pouvoir. Le processus qui l’aura fait sortir du lot renoue en effet avec les travers d’antan : la vieille méthode du choix de l’entre-soi, du fait de princes qui se mettent d’accord sur un nom au terme de palabres tenues dans le plus grand secret....

    Lire la suite