Eric Wittouck est le Belge le plus riche du monde dans le classement Forbes

L’«Exuma» d’Eric Wittouck, un yacht hyper-luxe
L’«Exuma» d’Eric Wittouck, un yacht hyper-luxe

Trois Belges figurent dans le fameux classement des personnes les plus riches du monde dévoilé mardi par Forbes. Il s’agit d’Eric Wittouck (191e), Patokh Chodiev (1.116e) et de Luc Tack (1.605e).

Eric Wittouck, avec 7,6 milliards de dollars, se situe à la 191e place du classement de Forbes. La famille Wittouck a fait fortune avec la Raffinerie tirlemontoise. Sa valorisation dans le classement est due à Invus, une société de capital-investissement basée à New York qui gère l’argent de M. Wittouck, 72 ans, explique Forbes. Elle a généré de grands rendements grâce à des investissements notamment dans les produits pour animaux Blue Buffalo et Weight Watchers.

Le deuxième Belge n’est autre que Patokh Chodiev, 66 ans, avec une fortune estimée à 2,1 milliards de dollars. Il grimpe dans le classement, en pointant à la 1.116e place (1.157e l’an dernier). Le Belgo-Ouzbek est surtout connu en Belgique pour l’affaire du «Kazakhgate», soit les circonstances qui ont entouré en 2011 le vote de la loi de transaction pénale élargie et son application par la justice à M. Chodiev et deux de ses acolytes.

À la troisième place du podium, on retrouve Luc Tack (1.605e), avec une fortune d’1,4 milliard de dollars. Il est le directeur général de Picanol Group, fabricant de machines à tisser et de technologies pour l’industrie textile. Il a rejoint la société en 2009 et en détient maintenant près de 90 % des actions. Il est également PDG et directeur exécutif de Tessenderlo Group, qui a réalisé un chiffre d’affaires d’1,9 milliard de dollars en 2017, selon Forbes.

Jusqu’ici, le classement belge était dominé par le baron Albert Frère, président d’honneur du Groupe Bruxelles Lambert (GBL). Il est décédé le 3 décembre 2018 à l’âge de 92 ans.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La course à pied a des arguments pour séduire
: . Ce sport ne demande pas une technique pointue, il se pratique facilement en extérieur et permet de s’entretenir. Autre grand avantage: il coûte peu. En tout cas à première vue.

    Le running, ce sport bon marché devenu un business juteux

  2. Le Sauvage.

    La Ducasse d’Ath doit-elle se passer du «Sauvage» jugé raciste?

  3. belgaimage-151155306-full

    Nafi Thiam: «J’essaie de ne pas trop penser à mon coude, je me concentre sur autre chose»

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: le {Culot} d’Arthur Masson

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé que le wallon reçoit, dans la bande dessinée, un traitement parallèle à celui dont a bénéficié le Brussels Vloms dans quelques albums d’Hergé. Ce même wallon peut-il parfois se retrouver dans des textes où il serait mélangé avec du français, à l’image du bruxellois « beulemans », hybride de flamand et de français ? Eh bien oui ! Quelques auteurs se sont illustrés naguère dans cet exercice, tantôt en créant un parler mixte wallo-français, tantôt en insérant des séquences de wallon dans un texte rédigé en majeure partie en français.

    Le premier cas de figure fera l’objet d’un prochain billet. Quant au second, il a été principalement illustré par un auteur quelque peu oublié des jeunes générations, mais dont le succès a été spectaculaire dans la seconde moitié du 20e siècle : Arthur Masson. Né en 1896 à Rièzes (...

    Lire la suite

  • La Flandre ne marche pas au son du canon

    Il y a plusieurs choses à retenir dans l’interview que nous accorde Bruno De Wever, historien très réputé et par ailleurs frère de Bart De Wever, le président de N-VA. Mais la plus importante est que ses propos sont identiques à ceux qu’il tient en Flandre. La contestation de la parole nationaliste n’est ainsi pas la spécialité de francophones obsessionnels, qui ne verraient les propositions de la N-VA que comme des provocations et des attaques en règle. Il y a au nord du pays nombre d’experts qui n’hésitent pas à monter au créneau pour...

    Lire la suite