Une femme sur trois touche moins de 750 euros de pension

© Belga
© Belga

Les femmes reçoivent en moyenne un tiers de pension en moins que les hommes. Une femme sur trois doit en outre survivre avec une pension mensuelle de moins de 750 euros, alors que ce n’est le cas que pour un homme sur cinq. Le PTB/PVDA fait écho de ces chiffres issus d’un rapport du service fédéral des pensions. Le parti souhaite éliminer cet écart en écourtant la carrière des femmes, rapportent Het Laatste Nieuws et De Morgen.

Le montant moyen d’une pension pour une employée ou indépendante était de 810 euros l’an passé. En y additionnant la pension de survie en cas de décès d’un conjoint, ce montant s’élève à 989 euros. Les hommes touchent, eux, environ 1.245 euros. En outre, à peine deux femmes sur 10 obtiennent une pension de plus de 1.500 euros par mois, contre plus de quatre hommes sur 10.

Cet écart de pension est une conséquence logique de l’écart salarial. « Une femme doit pouvoir toucher sa pension complète après 40 ans de carrière, non pas 45 ans comme c’est le cas aujourd’hui », affirme dès lors le président du PTB/PVDA, Peter Mertens. Toutefois les experts y voient des obstacles juridiques et financiers.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    La taxe kilométrique, qui en veut?

  2. «
Die Welt
» a pu rencontrer à Moscou, dans une chambre d’hôtel, Edward Snowden, ancien espion et Américain sans passeport réfugié en Russie. L’homme a rendu publique en 2013 la surveillance de masse et globale des communications mise en place par les agences de renseignement américaines, la CIA et la National Security Agency NSA.

    Edward Snowden: «Je n’aurai plus jamais le contrôle de ce qui m’arrive»

  3. POLITICS ECOLO CHAIRMAN ELECTION

    Ecolo: les leçons du passé, pour éviter le ressac

La chronique
  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite