Violente agression en France: 18 prisons «bloquées» par des gardiens en colère

© AFP
© AFP

Dix-huit établissements pénitentiaires français sont « bloqués » mercredi matin par l’action de surveillants, au lendemain de la violente agression de deux agents par un détenu radicalisé à la prison d’Alençon-Condé-sur-Sarthe, selon la direction de l’administration pénitentiaire (DAP). Les actions de grogne font suite à un appel national aux blocages lancé par les syndicats FO et CGT.

Dans ces 18 établissements, sur un total de 188 à travers le pays, les surveillants ont ainsi refusé de prendre leur service.

Outre Condé-sur-Sarthe, bloquée par une soixantaine de travailleurs, le mouvement touche entre autres les prisons de Fleury-Mérogis, la plus grande d’Europe, Melun, Tarascon, Gradignan et Borgo. À Fleury-Mérogis, plus d’une centaine de gardiens, 200 selon d’autres sources, avec des délégués syndicaux, s’étaient rassemblés devant l’établissement, en bloquant l’entrée, dès 6h00 du matin. Des journalistes sur place indiquent que des CRS sont venus débloquer l’accès à la prison peu avant 10h00.

Deux gardiens attaqués au couteau

Devant l’établissement de Condé, les gardiens de prison ont allumé un feu, faisant brûler des pneus et des palettes. Deux surveillants de cette prison d’Alençon avaient été blessés mardi, agressés au couteau par un détenu radicalisé âgé de 27 ans, Michaël Chiolo, qui a été interpellé ensuite dans un assaut du Raid. Selon le procureur de la République de Paris Rémy Heitz, le détenu radicalisé en prison et qui purgeait une peine de 30 ans, a affirmé vouloir « venger » Chérif Chekatt, l’auteur de l’attentat du marché de Noël de Strasbourg le 12 décembre 2018. L’agression a été qualifiée de « terroriste » par la ministre de la Justice Nicole Belloubet.

C’est en réaction à ces événements que de nombreux surveillants ont décidé de se croiser les bras mercredi matin.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La vigilance s’impose avant l’achat d’un bien pour ne pas être dépassé par des coûts imprévus.

    Vices cachés: l’acheteur démuni face aux mauvaises surprises

  2. John Lelangue pose à côté de la voiture Molteni, «
qui était souvent à la maison
» quand il était plus jeune.

    Les managers du cyclisme belge: John Lelangue est tombé dedans quand il était petit

  3. C’est en 2013, sous la direction de Mickael Coedel, que Mr Hublot le comptable vieux garçon qui n’a jamais mis le nez hors de chez lui, s’est finalement animé.

    Festival Anima: le «Frenchie» de l’animation américaine

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite