Dodo la Saumure en conflit avec la commune de Messines pour ouvrir une maison close

Dominique Alderwereld it Dodo la Saumure © Le Soir/Roger Milutin
Dominique Alderwereld it Dodo la Saumure © Le Soir/Roger Milutin

Le bourgmestre de Messines (Flandre occidentale), Sandy Evrard (Open Vld), a fait voter en février dernier un arrêté qui empêche l’ouverture d’une maison close à moins d’un kilomètre du centre-ville, dans le but de contrer l’ouverture d’un bar appartenant à Dominique Alderweireld alias « Dodo la Saumure », rapporte mercredi Sudpresse. Le proxénète français compte lancer une action en justice, estimant que la jurisprudence lui donne raison.

Constatant que M. Alderweireld voulait ouvrir une maison de débauche dans un ancien café situé sur la place du village, le conseil communal a approuvé le 20 février dernier un arrêté visant à empêcher l’ouverture d’un « bordel, sex-club, maison de débauche ou club privé à moins d’un kilomètre de la place ».

Dans son arrêté, le bourgmestre précise que la « reconstruction de la place ne peut-être combinée avec l’établissement d’une institution définie comme un bordel ». L’arrêté stipule également qu’en dehors du périmètre approuvé au conseil, l’ouverture d’un bordel ou d’un club privé doit respecter certains critères. Le permis d’exploitation doit être délivré par le bourgmestre. Quant à l’exploitant et les personnes qui y travaillent, ils doivent passer un examen de moralité.

M. Alderweireld compte lancer une action en justice afin de pouvoir ouvrir son bar. «  La jurisprudence me donne raison. J’ai mes avocats spécialisés en droit administratif qui planchent sur l’affaire. Si la question est d’ouvrir, j’ouvrirai. Un bar classique avec des chambres en haut », indique-t-il.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La course à pied a des arguments pour séduire
: . Ce sport ne demande pas une technique pointue, il se pratique facilement en extérieur et permet de s’entretenir. Autre grand avantage: il coûte peu. En tout cas à première vue.

    Le running, ce sport bon marché devenu un business juteux

  2. Le Sauvage.

    La Ducasse d’Ath doit-elle se passer du «Sauvage» jugé raciste?

  3. belgaimage-151155306-full

    Nafi Thiam: «J’essaie de ne pas trop penser à mon coude, je me concentre sur autre chose»

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: le {Culot} d’Arthur Masson

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé que le wallon reçoit, dans la bande dessinée, un traitement parallèle à celui dont a bénéficié le Brussels Vloms dans quelques albums d’Hergé. Ce même wallon peut-il parfois se retrouver dans des textes où il serait mélangé avec du français, à l’image du bruxellois « beulemans », hybride de flamand et de français ? Eh bien oui ! Quelques auteurs se sont illustrés naguère dans cet exercice, tantôt en créant un parler mixte wallo-français, tantôt en insérant des séquences de wallon dans un texte rédigé en majeure partie en français.

    Le premier cas de figure fera l’objet d’un prochain billet. Quant au second, il a été principalement illustré par un auteur quelque peu oublié des jeunes générations, mais dont le succès a été spectaculaire dans la seconde moitié du 20e siècle : Arthur Masson. Né en 1896 à Rièzes (...

    Lire la suite

  • La Flandre ne marche pas au son du canon

    Il y a plusieurs choses à retenir dans l’interview que nous accorde Bruno De Wever, historien très réputé et par ailleurs frère de Bart De Wever, le président de N-VA. Mais la plus importante est que ses propos sont identiques à ceux qu’il tient en Flandre. La contestation de la parole nationaliste n’est ainsi pas la spécialité de francophones obsessionnels, qui ne verraient les propositions de la N-VA que comme des provocations et des attaques en règle. Il y a au nord du pays nombre d’experts qui n’hésitent pas à monter au créneau pour...

    Lire la suite