Licenciements à «L’Avenir»: «Le Soir», «La Libre» et «la RTBF» apportent leur soutien aux journalistes

© Belga
© Belga

Les sociétés de rédacteurs (SDR) de La Libre, du Soir et de la RTBF apportent leur soutien aux journalistes de L’Avenir, ont-elles annoncé dans des communiqués distincts. Les membres du personnel des éditions de L’Avenir sont partis en grève lundi soir, après l’annonce de trois licenciements de journalistes qu’ils estiment « ciblés ».

Des témoignages inquiétants

« Les témoignages, recueillis auprès de confrères de L’Avenir, selon lesquels les licenciements opérés par la direction du groupe ont ciblé des journalistes ayant fait preuve de la rigueur et de l’indépendance nécessaires à tout travail journalistique de qualité à l’occasion de la crise traversée par le quotidien sont inquiétants. Au nom de la Société des rédacteurs de La Libre Belgique, les membres du conseil d’administration de celle-ci tiennent à assurer les journalistes de la rédaction de L’Avenir de leur entier soutien », indique la SDR de La Libre.

L’indépendance de la presse essentielle

La Société des journalistes professionnels du Soir (SJPS) exprime aussi son soutien. «  La SJPS considère que l’exercice de la profession de journaliste professionnel dne ne se conçoit pas sans la garantie d’une indépendance effective, respectueuse des règles déontologiques et du droit des lecteurs à être informés. Elle considère aussi que cette indépendance des journalistes est une garantie de la viabilité d’un titre de presse quotidienne qui ne peut s’appuyer que sur sa crédibilité et la préservation de son capital intellectuel, gages de la confiance des lecteurs. La SJPS forme le vœu que dans le contexte difficile d’une restructuration, ces préoccupations seront considérées comme essentielles. »

Atteintes à la liberté de la presse

De son côté, « la Société des journalistes de la RTBF apporte son soutien aux journalistes de L’Avenir et dénonce avec la plus grande vigueur les atteintes à la liberté de la presse et à l’indépendance du journal. Les licenciements, décidés ces dernières heures, visent des journalistes qui se sont illustrés par la qualité et l’indépendance de leur travail, y compris vis-à-vis de l’actionnaire du journal. Tout porte à croire que c’est cela qui a été sanctionné, malgré les explications évasives de la direction sur des questions de ’compétences liées au plan de redéploiement’. »

Le 23 février dernier, les membres de l’Association des journalistes professionnels (AJP), réunis en assemblée générale, avaient voté à l’unanimité une motion de soutien aux journalistes de L’Avenir.

Une assemblée générale du personnel des éditions de L’Avenir est prévue ce mercredi à 10h00.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le temple lama à Pékin, aujourd’hui fermé pour cause d’épidémie.

    Coronavirus: l’épidémie fait tomber la Chine de son piédestal

  2. PHOTONEWS_10856380-028

    Harvey Weinstein coupable d’agression sexuelle et de viol: #MeToo, les stars et les gueux

  3. d-20191114-3X702V 2019-11-14 15:46:45

    La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Alost, où le permis de rire rivalise avec la banalisation

    Alost a donc fait de la résistance, les carnavaliers et beaucoup d’Alostois revendiquant le « droit de rire de tout » après s’être placée sous la loupe mondiale en raison des caricatures antisémites admises lors de son carnaval de 2019. Ce dimanche, le trait a encore été forcé. Les personnages contestés de l’an dernier ont été réinjectés dans d’autres scénarisations. La figure séculaire du Juif avare, spéculateur, manipulateur, a encore été amplifiée en raison de la mise en cause universelle de ce sens de l’humour alostois...

    Lire la suite