Licenciements à «L’Avenir»: «Le Soir», «La Libre» et «la RTBF» apportent leur soutien aux journalistes

© Belga
© Belga

Les sociétés de rédacteurs (SDR) de La Libre, du Soir et de la RTBF apportent leur soutien aux journalistes de L’Avenir, ont-elles annoncé dans des communiqués distincts. Les membres du personnel des éditions de L’Avenir sont partis en grève lundi soir, après l’annonce de trois licenciements de journalistes qu’ils estiment « ciblés ».

Des témoignages inquiétants

« Les témoignages, recueillis auprès de confrères de L’Avenir, selon lesquels les licenciements opérés par la direction du groupe ont ciblé des journalistes ayant fait preuve de la rigueur et de l’indépendance nécessaires à tout travail journalistique de qualité à l’occasion de la crise traversée par le quotidien sont inquiétants. Au nom de la Société des rédacteurs de La Libre Belgique, les membres du conseil d’administration de celle-ci tiennent à assurer les journalistes de la rédaction de L’Avenir de leur entier soutien », indique la SDR de La Libre.

L’indépendance de la presse essentielle

La Société des journalistes professionnels du Soir (SJPS) exprime aussi son soutien. «  La SJPS considère que l’exercice de la profession de journaliste professionnel dne ne se conçoit pas sans la garantie d’une indépendance effective, respectueuse des règles déontologiques et du droit des lecteurs à être informés. Elle considère aussi que cette indépendance des journalistes est une garantie de la viabilité d’un titre de presse quotidienne qui ne peut s’appuyer que sur sa crédibilité et la préservation de son capital intellectuel, gages de la confiance des lecteurs. La SJPS forme le vœu que dans le contexte difficile d’une restructuration, ces préoccupations seront considérées comme essentielles. »

Atteintes à la liberté de la presse

De son côté, « la Société des journalistes de la RTBF apporte son soutien aux journalistes de L’Avenir et dénonce avec la plus grande vigueur les atteintes à la liberté de la presse et à l’indépendance du journal. Les licenciements, décidés ces dernières heures, visent des journalistes qui se sont illustrés par la qualité et l’indépendance de leur travail, y compris vis-à-vis de l’actionnaire du journal. Tout porte à croire que c’est cela qui a été sanctionné, malgré les explications évasives de la direction sur des questions de ’compétences liées au plan de redéploiement’. »

Le 23 février dernier, les membres de l’Association des journalistes professionnels (AJP), réunis en assemblée générale, avaient voté à l’unanimité une motion de soutien aux journalistes de L’Avenir.

Une assemblée générale du personnel des éditions de L’Avenir est prévue ce mercredi à 10h00.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour la première fois depuis des temps immémoriaux, on aura vu un vrai mouvement citoyen bousculer totalement l’agenda politique et imposer le thème du climat. © Photo News.

    Elections 2019: non, cette campagne n’était pas ennuyeuse

  2. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

  3. liste citoyenne

    Elections 2019: les mouvements citoyens vont-ils exister?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Un an de RGPD. Et de culture numérique européenne

    Le 25 mai 2018 entrait en vigueur l’un des textes majeurs de cette législature européenne : le RGPD. Né dans la douleur, quelques mois après le traumatisme Cambridge Analytica, ce Règlement général sur la protection des données affichait haut et fort ses ambitions. En gros : réguler l’usage de ce nouveau carburant de l’économie numérique. Et empêcher ses acteurs de fouiller indûment dans les tiroirs de notre intimité. Le RGPD consacrait en quelque sorte un droit bétonné depuis 1948, celui du respect de la vie privée....

    Lire la suite