La Suédoise Frida Hansdotter, championne olympique de slalom, annonce sa retraite

©Photonews
©Photonews

La Suédoise Frida Hansdotter, championne olympique de slalom en titre, a annoncé mercredi sa retraite sportive à l’âge de 33 ans, au terme de la Coupe du monde de ski alpin dont les finales auront lieu en Andorre du 13 au 17 mars.

Hansdotter a fait ses débuts en Coupe du monde en 2004 et a depuis remporté cinq médailles -dont deux en argent et trois en bronze. Mais c’est lors des JO-2018 de Pyeongchang qu’elle a récolté la récompense suprême en slalom -le premier titre olympique de sa carrière- après le petit globe de la spécialité en 2016. Elle était parvenue à devancer la grandissime favorite, l’Américaine Mikaela Shiffrin.

À 32 ans, la skieuse de Norberg (centre) est alors devenue la deuxième Suédoise sacrée dans cette épreuve, après Anja Pärson en 2006. « Les Jeux olympiques de Pyeongchang et les championnats du monde à domicile [à Åre en février] ont été mes principaux objectifs lors des dernières saisons et je ne voulais pas trop penser à la suite », a déclaré la championne dans un communiqué.

À Åre, Hansdotter n’est cependant pas parvenue à atteindre les résultats escomptés, s’adjugeant une cinquième place en slalom et une modeste onzième place dans le slalom géant. « Cette saison, je n’ai pas ressenti la même soif et la même motivation », a-t-elle ajouté.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  2. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

  3. Le controversé Roman Polanski, par qui le scandale est arrivé.

    Le petit monde du cinéma français prépare sa révolution

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite