Ozaam passe sous le contrôle total de la plateforme Immovlan

Eric Spitzer (Immovlan) et Romain David (Ozaam).
Eric Spitzer (Immovlan) et Romain David (Ozaam). - D.R.

Depuis plusieurs années, vous aurez certainement déjà remarqué, au gré de vos pérégrinations immobilières, le nom d’Ozaam sur les panneaux de vente apposés devant certains biens.

Le principe de cette start-up lancée en 2015 était novateur à l’époque et est resté d’une grande simplicité : il suffit d’introduire le code unique qui apparaît sur les panneaux dans l’application mobile d’Ozaam pour obtenir toutes les informations nécessaires concernant le bien : photos des pièces, PEB, surface, prix demandé, etc. En un seul clic, il est même possible de planifier une visite avec le vendeur ou l’agent immobilier. Simple comme bonjour et gain de temps assuré pour tout le monde : le vendeur, l’acheteur et l’agent immobilier.

Rien ne change si ce n’est qu’à partir d’aujourd’hui, l’application ne s’appelle plus Ozaam mais Immovlan App, la filiale du groupe Rossel et de Roularta ayant décidé de racheter, pour un montant tenu secret, la totalité des activités d’Ozaam. Notons ici que les deux sociétés travaillaient déjà ensemble depuis septembre 2017. Depuis ce premier partenariat, l’application a été téléchargée plus de 300.000 fois en Belgique et elle est utilisée chaque jour en moyenne par 3.000 utilisateurs. Plus de 850 agences immobilières travaillent avec Ozaam.

Fort de ce succès, Immovlan a décidé de mettre la main au portefeuille de manière définitive pour gagner en visibilité et améliorer son taux quotidien de 135.000 visiteurs sur son site.

Des panneaux de vente personnalisés apparaîtront prochainement devant les biens en vente. A ce sujet, Immovlan communique que ceux qui veulent passer une annonce auront la possibilité de commander un de ces panneaux de vente personnalisés avec le code unique imprimé dessus (prix : 30 euros), soit près de la moitié du prix d’une telle enseigne si elle est commandée par les canaux traditionnels.

Une bonne nouvelle pour les employés d’Ozaam : ils restent à bord du bateau Immovlan.

Sur le même sujet
ImmobilierBelgique
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Des manifestants se heurent aux forces de police à l’aéroport de Barcelone après l’annonce de la condamnation des leaders indépendantistes.

    La Catalogne bloquée après la condamnation des leaders indépendantistes

  2. PHILIPPE CLOSE

    Philippe Close au «Soir»: «Ce qui s’est produit avec Extinction Rebellion est un échec pour tout le monde»

  3. Les forces spéciales américaines ont quitté leurs alliés kurdes du Nord de la Syrie après la décision de leur «
Commander in chief
». Une décision que beaucoup d’entre eux déplorent.

    Quand Trump provoque le triomphe d’Assad, de Poutine et d’Erdogan

La chronique
  • Allô, c’est Donald Trump à l’appareil!

    Avant de décider de lâcher les Kurdes, Trump avait longuement palabré avec Erdogan au téléphone.

    « Allô, ici Trump… ! »

    On imagine la scène : « Allô Erdogan, le président des Etats-Unis au bout du fil. Voilà, j’ai un service à vous demander. J’ai un problème avec une certaine Elizabeth Warren qui prétend vouloir se présenter contre moi. C’est une folle, c’est une hystérique, c’est une communiste. Et, en plus, c’est une démocrate et c’est une femme. C’est dire ! Mais il paraît qu’elle devient dangereuse. Vous n’auriez pas quelque chose en réserve contre elle, la preuve que lors d’un déplacement touristique à Istanbul elle a refusé de se déchausser dans une mosquée ou qu’elle n’a pas payé sa note d’hôtel ? Si vous me trouvez ça, promis, je retire mes troupes de la frontière syrienne et les Kurdes, je vous les livre, tout chaud ».

    ...

    Lire la suite

  • Nethys: le chaînon politique manquant

    Et voilà donc la vérité selon Stéphane Moreau. Après que tous les médias ont sollicité durant des années sans relâche une interview de l’homme fort de la galaxie Nethys, on ne peut que remarquer la multiplication des communications de ce week-end.

    Mais l’essentiel n’est pas là. Ce dimanche, un fantôme occupait une place centrale dans l’exposé de Stéphane Moreau, et c’est bien embêtant car ce fantôme est un élément clé du dispositif qui fait de Nethys, contrairement à ce qu’en dit le manager, un...

    Lire la suite