Ozaam passe sous le contrôle total de la plateforme Immovlan

Eric Spitzer (Immovlan) et Romain David (Ozaam).
Eric Spitzer (Immovlan) et Romain David (Ozaam). - D.R.

Depuis plusieurs années, vous aurez certainement déjà remarqué, au gré de vos pérégrinations immobilières, le nom d’Ozaam sur les panneaux de vente apposés devant certains biens.

Le principe de cette start-up lancée en 2015 était novateur à l’époque et est resté d’une grande simplicité : il suffit d’introduire le code unique qui apparaît sur les panneaux dans l’application mobile d’Ozaam pour obtenir toutes les informations nécessaires concernant le bien : photos des pièces, PEB, surface, prix demandé, etc. En un seul clic, il est même possible de planifier une visite avec le vendeur ou l’agent immobilier. Simple comme bonjour et gain de temps assuré pour tout le monde : le vendeur, l’acheteur et l’agent immobilier.

Rien ne change si ce n’est qu’à partir d’aujourd’hui, l’application ne s’appelle plus Ozaam mais Immovlan App, la filiale du groupe Rossel et de Roularta ayant décidé de racheter, pour un montant tenu secret, la totalité des activités d’Ozaam. Notons ici que les deux sociétés travaillaient déjà ensemble depuis septembre 2017. Depuis ce premier partenariat, l’application a été téléchargée plus de 300.000 fois en Belgique et elle est utilisée chaque jour en moyenne par 3.000 utilisateurs. Plus de 850 agences immobilières travaillent avec Ozaam.

Fort de ce succès, Immovlan a décidé de mettre la main au portefeuille de manière définitive pour gagner en visibilité et améliorer son taux quotidien de 135.000 visiteurs sur son site.

Des panneaux de vente personnalisés apparaîtront prochainement devant les biens en vente. A ce sujet, Immovlan communique que ceux qui veulent passer une annonce auront la possibilité de commander un de ces panneaux de vente personnalisés avec le code unique imprimé dessus (prix : 30 euros), soit près de la moitié du prix d’une telle enseigne si elle est commandée par les canaux traditionnels.

Une bonne nouvelle pour les employés d’Ozaam : ils restent à bord du bateau Immovlan.

Sur le même sujet
ImmobilierBelgique
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Capture

    Sortie du tome 6 de la saga «Millénium»: le retour gagnant de Lisbeth Salander

  2. Les textes de Jean-Jacques Goldman parlent le langage du cœur et de la simplicité, de la vie de tout un chacun, de l’histoire comme de la migration, avec le plus beau des humanismes.

    Jean-Jacques Goldman ne marche plus seul: il est enfin disponible en streaming

  3. Michaël Pachen et sa grande expérience radiophonique prennent la relève de Quoi de neuf, de 16 à 18h du lundi au vendredi.

    Michaël Pachen, de Bel RTL à VivaCité: «Au départ je voulais lever le pied»

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • Commissaire européen: la Belgique atteint des sommets de désinvolture

    Vous pensiez former un gouvernement ? Travailler pour une ONG ou faire des chroniques sur une chaîne d’info en continu ? Pas grave, postulez comme commissaire européen. Pour être désigné, vous devrez attendre que le Stratego politique désigne l’heureux(se) élu(e).

    Désormais, quand la Belgique désigne son candidat commissaire, elle ne propose pas de vision à la nouvelle présidente de la Commission, elle n’a pas de visée sur le poste via lequel elle voudrait influencer la politique de «...

    Lire la suite