Ozaam passe sous le contrôle total de la plateforme Immovlan

Eric Spitzer (Immovlan) et Romain David (Ozaam).
Eric Spitzer (Immovlan) et Romain David (Ozaam). - D.R.

Depuis plusieurs années, vous aurez certainement déjà remarqué, au gré de vos pérégrinations immobilières, le nom d’Ozaam sur les panneaux de vente apposés devant certains biens.

Le principe de cette start-up lancée en 2015 était novateur à l’époque et est resté d’une grande simplicité : il suffit d’introduire le code unique qui apparaît sur les panneaux dans l’application mobile d’Ozaam pour obtenir toutes les informations nécessaires concernant le bien : photos des pièces, PEB, surface, prix demandé, etc. En un seul clic, il est même possible de planifier une visite avec le vendeur ou l’agent immobilier. Simple comme bonjour et gain de temps assuré pour tout le monde : le vendeur, l’acheteur et l’agent immobilier.

Rien ne change si ce n’est qu’à partir d’aujourd’hui, l’application ne s’appelle plus Ozaam mais Immovlan App, la filiale du groupe Rossel et de Roularta ayant décidé de racheter, pour un montant tenu secret, la totalité des activités d’Ozaam. Notons ici que les deux sociétés travaillaient déjà ensemble depuis septembre 2017. Depuis ce premier partenariat, l’application a été téléchargée plus de 300.000 fois en Belgique et elle est utilisée chaque jour en moyenne par 3.000 utilisateurs. Plus de 850 agences immobilières travaillent avec Ozaam.

Fort de ce succès, Immovlan a décidé de mettre la main au portefeuille de manière définitive pour gagner en visibilité et améliorer son taux quotidien de 135.000 visiteurs sur son site.

Des panneaux de vente personnalisés apparaîtront prochainement devant les biens en vente. A ce sujet, Immovlan communique que ceux qui veulent passer une annonce auront la possibilité de commander un de ces panneaux de vente personnalisés avec le code unique imprimé dessus (prix : 30 euros), soit près de la moitié du prix d’une telle enseigne si elle est commandée par les canaux traditionnels.

Une bonne nouvelle pour les employés d’Ozaam : ils restent à bord du bateau Immovlan.

Sur le même sujet
ImmobilierBelgique
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La Grand-Place se déconfine. En mode élargi, les terrasses ne sont pas encore remplies.

    Berezina pour le tourisme à Bruxelles

  2. Le Luxembourg pourrait rapidement retourner «
au vert
» si les indicateurs prenaient en compte les non-résidents testés positifs qui font grimper les chiffres.

    Le Luxembourg, en zone orange, est-il victime de son dépistage massif?

  3. d-18010926-WECMLJ

    Des «vacances judiciaires» actives, pour rattraper le temps perdu

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 32: le fantasme

    L’autre jour, il s’est passé un truc incroyable.

    On s’est rendu compte que le Covid-19, ce sale virus dégueulasse, oppressant et mesquin, s’était insinué partout, mais partout dans notre inconscient, nos fantasmes et nos rêves les plus coquins.

    Prenez les plus bateaux, les plus communs, les plus évidents : le fantasme du lieu public, celui de la salle de gym, des transports en commun, du divan du psy ou du bureau de la prof d’allemand, le fantasme du sauna, de la backroom, de l’avion, du parc, de l’ascenseur, du cinéma, les fantasmes où on est plein, le plan à 3, 4, 5, 6, 10 où tout le monde porte un masque mais pas un stupide FFP2, non, un masque comme dans Eyes Wide Shut de Kubrick, avec des inconnu.e.s croisé.e.s dans l’obscurité et quand les lumières se rallument, tout le monde a disparu.

    Mais comment voulez-vous que ça fonctionne encore ? A peine vous laisserez-vous aller à la rêverie qu’une énorme alarme se...

    Lire la suite

  • C’est une certaine idée du contrat social qui se délite

    On devait s’y attendre. Et pourtant, on se surprend à être surpris. Les points de friction entre employeurs et salariés autour des différents aspects des mesures Corona étaient prévisibles : assimilation du chômage temporaire à une période de préavis, remplacement de salariés par des emplois « low cost », refus de reconnaître le droit au retrait invoqué. A ces « incidents », il fallait s’attendre.

    Parce qu’aucune règle ne sera jamais assez précise pour être totalement...

    Lire la suite