Ozaam passe sous le contrôle total de la plateforme Immovlan

Eric Spitzer (Immovlan) et Romain David (Ozaam).
Eric Spitzer (Immovlan) et Romain David (Ozaam). - D.R.

Depuis plusieurs années, vous aurez certainement déjà remarqué, au gré de vos pérégrinations immobilières, le nom d’Ozaam sur les panneaux de vente apposés devant certains biens.

Le principe de cette start-up lancée en 2015 était novateur à l’époque et est resté d’une grande simplicité : il suffit d’introduire le code unique qui apparaît sur les panneaux dans l’application mobile d’Ozaam pour obtenir toutes les informations nécessaires concernant le bien : photos des pièces, PEB, surface, prix demandé, etc. En un seul clic, il est même possible de planifier une visite avec le vendeur ou l’agent immobilier. Simple comme bonjour et gain de temps assuré pour tout le monde : le vendeur, l’acheteur et l’agent immobilier.

Rien ne change si ce n’est qu’à partir d’aujourd’hui, l’application ne s’appelle plus Ozaam mais Immovlan App, la filiale du groupe Rossel et de Roularta ayant décidé de racheter, pour un montant tenu secret, la totalité des activités d’Ozaam. Notons ici que les deux sociétés travaillaient déjà ensemble depuis septembre 2017. Depuis ce premier partenariat, l’application a été téléchargée plus de 300.000 fois en Belgique et elle est utilisée chaque jour en moyenne par 3.000 utilisateurs. Plus de 850 agences immobilières travaillent avec Ozaam.

Fort de ce succès, Immovlan a décidé de mettre la main au portefeuille de manière définitive pour gagner en visibilité et améliorer son taux quotidien de 135.000 visiteurs sur son site.

Des panneaux de vente personnalisés apparaîtront prochainement devant les biens en vente. A ce sujet, Immovlan communique que ceux qui veulent passer une annonce auront la possibilité de commander un de ces panneaux de vente personnalisés avec le code unique imprimé dessus (prix : 30 euros), soit près de la moitié du prix d’une telle enseigne si elle est commandée par les canaux traditionnels.

Une bonne nouvelle pour les employés d’Ozaam : ils restent à bord du bateau Immovlan.

Sur le même sujet
ImmobilierBelgique
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10878932-003

    Bagarre à Blankenberge: vers une interdiction des fauteurs de troubles à la Côte

  2. Les préformateurs Bart De Wever et Paul Magnette.

    Négociations fédérales: De Wever et Magnette relancent les verts avec une nouvelle note de travail

  3. Albert Maizel, co-directeur du Théâtre de la Toison d’Or (Bruxelles).

    Théâtres: 20 à 50% de pertes sur les abonnements

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Une bagarre à la plage et c’est toute une société qui encaisse

    Une réunion en urgence de la commission Intérieur de la Chambre, une stigmatisation montante des touristes « frigo-box » et la rime trop facile entre Bruxelles et « bandes criminelles » : telle est l’étonnante résonance prise par la « bagarre générale » qui a opposé un groupe de jeunes à la police, samedi, sur la plage de Blankenberge.

    Les images relayées par les médias sociaux ont choqué. On y voit des adolescents échanger des coups avec des policiers, dans un...

    Lire la suite