Le Brexit (ou pas) s’invite au Mipim

Comme en 2018, le Mipim s’étendra bien au-delà du Palais des Festivals de Cannes. La semaine prochaine, l’immobilier international sera à la fête.
Comme en 2018, le Mipim s’étendra bien au-delà du Palais des Festivals de Cannes. La semaine prochaine, l’immobilier international sera à la fête. - D.R.

Brexit dur, mou, en papier mâché, en béton, avec une jambe de bois? Brexit or not Brexit? Bien malin celui qui peut dire ce qui se passera dans quelques semaines, si la Grande-Bretagne sortira ou non de l’Union européenne, et si oui (ou non) sous quelle forme.

Ce thème devrait être largement débattu au Mipim qui ouvrira ses portes mardi prochain à Cannes pour le traditionnel rendez-vous de l’immobilier international.

L’an dernier, la délégation britannique était composée de 5.585 membres. Reed Midem, l’organisateur du Mipim, en attend plus cette année avec la présence annoncée de représentants du gouvernement. « Le Royaume-Uni reste une destination privilégiée pour les investisseurs internationaux, explique à ce sujet Ronan Vaspart, le directeur du Mipim. Il est plus que jamais vital que le secteur immobilier britannique attire des investissements. Le gouvernement du Royaume-Uni doit être représenté à Cannes pour clarifier la situation pour les 5.400 investisseurs internationaux présents. »

Le directeur du Mipim ajoute que le secteur immobilier génère chaque année quelque 110 milliards d’euros au profit de l’économie britannique et emploie directement un million de personnes. « Il est donc logique que les chefs de file de l’immobilier et les élus nationaux et locaux du Royaume-Uni voient notre événement comme une réelle opportunité pour présenter les choix et stratégies d’investissement dans le contexte du Brexit et bien au-delà. »

Comme chaque année, la délégation belge sera elle aussi bien représentée mais elle devrait faire moins de remous que les Britanniques. Le Pavillon belge devrait une fois de plus faire le plein durant les trois jours de la manifestation (le vendredi est journée quasiment « morte » au Palais des Festivals).

Avec plus de 26.500 participants, dont 5.400 investisseurs parmi lesquels des fonds souverains et de pension, le Mipim brasse indirectement un montant colossal d’argent. D’après IPE Research, 40 des 100 premiers investisseurs institutionnels seront présents à Cannes. A eux seuls, ils représentent 650 milliards d’euros d’actifs gérés.

Le Mipim représente par ailleurs une fabuleuse caisse de résonance pour les projets qui voient le jour à travers la planète entière. Etre ou ne pas (en) être comme disait Shakespeare peut faire une sacrée différence.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La Belgique considère la Grèce - ici, Corfou - comme étant une zone verte. L’ECDC considère l’ensemble du territoire comme une zone jaune. La comparaison des situations épidémiologiques peut donc semer la zizanie.

    UE: la cartographie de l’épidémie ne met pas les Européens d’accord

  2. blbla

    Négociations fédérales: pourquoi la N-VA veut diviser la famille libérale

  3. Juan Carlos aux funérailles du Grand-Duc Jean, le 4 mai 2019 à Luxembourg.

La chronique
  • Lettre d’Europe: pour le climat, un objectif de papier mais des mesures insuffisantes en Belgique

    Comme la plupart des pays d’Europe, la Belgique connaîtra une forte baisse de ses émissions de gaz à effet de serre suite au ralentissement économique causé par la crise du Covid-19. Selon le Bureau du Plan, organisme indépendant d’intérêt public qui réalise des études et de la prospective, elles devraient plonger de 13 % entre 2019 et 2020. Mais le répit sera de courte durée : elles devraient ensuite se redresser. A tel point que, selon les experts du Plan, la baisse enregistrée entre 2019 et 2025 ne devrait être finalement que de 5 %.

    Si elle se vérifie, cette trajectoire ne permettra pas à la Belgique d’atteindre son objectif de réduction : -35 % par rapport à 2005 dans le secteur non-industriel (non-ETS, en jargon). Mais les prévisions du Plan ont ceci de particulier qu’elles sont réalisées « à politiques inchangées ». Les experts n’intègrent dans leurs calculs que les décisions prises et en...

    Lire la suite

  • L’héroïsation des infirmières et des infirmiers a ses paradoxes

    Il est beaucoup question de l’héroïsation des infirmières et des infirmiers depuis quelques mois. La crise sanitaire les a mis comme jamais en évidence. Les soins intensifs se sont invités dans nos foyers à la faveur des journaux télévisés. Nous avons pu assister « en direct » au combat de celles et ceux qui luttent contre le Covid parmi les tuyaux et les respirateurs.

    L’admiration portée à cette profession majoritairement féminine s’en trouve amplifiée, même si l’on regrette bien sûr qu’il...

    Lire la suite