Une sénatrice américaine, ex-militaire, affirme avoir été violée à l’armée

Une sénatrice américaine, ex-militaire, affirme avoir été violée à l’armée

Une sénatrice américaine, ex-militaire de carrière, a affirmé mercredi avoir été violée par un supérieur lorsqu’elle était dans l’armée, expliquant n’avoir pas dénoncé son agresseur car elle n’avait «pas confiance dans le système».

Martha McSally, une républicaine de l’Arizona, a livré un témoignage poignant au début d’une audition de la commission de la Défense du Sénat, qui entendait des victimes d’abus sexuels dans l’armée. Ce combat est «profondément personnel», a affirmé l’élue de 52 ans, qui a passé 26 ans dans l’armée de l’Air. Elle a été la première femme à avoir piloté un avion de chasse au combat, puis commandé un escadron de combat.

«Je suis aussi la rescapée d’une agression sexuelle dans l’armée, mais au contraire de tant de rescapées courageuses, je n’ai pas signalé avoir subi» cette agression, a-t-elle dit.«Je ne faisais pas confiance au système à l’époque. J’avais honte et j’étais désorientée».

Elle n’a pas révélé le nom de son agresseur, ni la date à laquelle les faits se seraient déroulés.

«J’ai été pourchassée et violée par un officier supérieur», a-t-elle continué, expliquant avoir décidé de parler de ce traumatisme seulement des années plus tard. A l’époque, les scandales d’abus sexuels s’accumulaient dans les forces armées, qui, selon la sénatrice, y apportaient «une réponse vraiment inadéquate».

Selon un rapport publié par le Pentagone en mai 2018, le nombre d’agressions sexuelles signalées a augmenté de 10% entre octobre 2016 et septembre 2017. L’armée américaine compte 1,3 million de personnes en service actif.

Le sénateur républicain Lindsey Graham a salué sa collègue, qui a eu «le courage de raconter son histoire». «J’espère que cela en aidera d’autres», a-t-il écrit sur Twitter.

Une autre sénatrice républicaine et ancienne militaire, Joni Ernst, élue dans l’Iowa, avait également révélé en janvier qu’elle avait été violée alors qu’elle était à l’université.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. FILES-GERMANY-POLITICS-CABINET

    Présidence de la Commission européenne: le moment de vérité pour von der Leyen

  3. ©News

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite