Une sénatrice américaine, ex-militaire, affirme avoir été violée à l’armée

Une sénatrice américaine, ex-militaire, affirme avoir été violée à l’armée

Une sénatrice américaine, ex-militaire de carrière, a affirmé mercredi avoir été violée par un supérieur lorsqu’elle était dans l’armée, expliquant n’avoir pas dénoncé son agresseur car elle n’avait «pas confiance dans le système».

Martha McSally, une républicaine de l’Arizona, a livré un témoignage poignant au début d’une audition de la commission de la Défense du Sénat, qui entendait des victimes d’abus sexuels dans l’armée. Ce combat est «profondément personnel», a affirmé l’élue de 52 ans, qui a passé 26 ans dans l’armée de l’Air. Elle a été la première femme à avoir piloté un avion de chasse au combat, puis commandé un escadron de combat.

«Je suis aussi la rescapée d’une agression sexuelle dans l’armée, mais au contraire de tant de rescapées courageuses, je n’ai pas signalé avoir subi» cette agression, a-t-elle dit.«Je ne faisais pas confiance au système à l’époque. J’avais honte et j’étais désorientée».

Elle n’a pas révélé le nom de son agresseur, ni la date à laquelle les faits se seraient déroulés.

«J’ai été pourchassée et violée par un officier supérieur», a-t-elle continué, expliquant avoir décidé de parler de ce traumatisme seulement des années plus tard. A l’époque, les scandales d’abus sexuels s’accumulaient dans les forces armées, qui, selon la sénatrice, y apportaient «une réponse vraiment inadéquate».

Selon un rapport publié par le Pentagone en mai 2018, le nombre d’agressions sexuelles signalées a augmenté de 10% entre octobre 2016 et septembre 2017. L’armée américaine compte 1,3 million de personnes en service actif.

Le sénateur républicain Lindsey Graham a salué sa collègue, qui a eu «le courage de raconter son histoire». «J’espère que cela en aidera d’autres», a-t-il écrit sur Twitter.

Une autre sénatrice républicaine et ancienne militaire, Joni Ernst, élue dans l’Iowa, avait également révélé en janvier qu’elle avait été violée alors qu’elle était à l’université.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © René Breny - Le Soir

    Le prix des maisons a augmenté de 25% en huit ans

  2. Bruxelles-les-Bains a vécu. La faute aux travaux programmés. Et à une volonté de décentralisation.

    Bruxelles-les-Bains, c’est fini: place à Hello Summer

  3. Les Français pourraient devoir travailler plus longtemps pour accéder à la pension.

    Macron enjoint aux Français de travailler plus

Chroniques
  • Vie privée et numérique: grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Macron: le prix à payer pour une politique «plus humaine»

    L’intervention d’Emmanuel Macron ce jeudi soir était censée ranimer son quinquennat. Un mandat toujours englué, après deux ans de pouvoir, dans une crise sociale sans fin et une impopularité record. Pas sûr que le but ait été atteint.

    Certes, le moment était grave. Il a su trouver le ton juste pour regretter ses erreurs et retracer un...

    Lire la suite