Lock-out à «L’Avenir» : la Fédération internationale des Journalistes alerte le conseil de l’Europe

© Photo News
© Photo News

La Fédération internationale des Journalistes (FIJ) et la Fédération européenne des Journalistes (FEJ) ont alerté la «Plateforme pour renforcer la protection du journalisme et la sécurité des journalistes» du Conseil de l’Europe à la suite du «lock-out» survenu aux Editions de L’Avenir en début de semaine, peut-on lire jeudi sur le site internet de l’institution basée à Strasbourg.

Les quotidiens des Editions de L’Avenir n’étaient pas parus mardi et mercredi à la suite d’une action du personnel lancée lundi soir. Les travailleurs contestaient les licenciements secs de trois journalistes qu’ils estimaient «ciblés», ce que la direction a toujours nié.

Mercredi, le personnel avait décidé en assemblée générale de reprendre le travail «en signe d’ouverture». La direction avait toutefois décidé de conditionner cette reprise à la conclusion d’un accord social. Celui-ci est intervenu dans la nuit de mercredi à jeudi mais doit encore faire l’objet d’une approbation par l’assemblée générale du personnel.

Dès lundi soir, les membres de la rédaction s’étaient vus privés de leurs moyens de communication. Le système n’a été rétabli que tard mercredi, permettant toutefois la parution de l’édition du jeudi.

«Les organisations représentatives des journalistes ont dénoncé le ’muselage’ de la rédaction de L’Avenir et les menaces sur le pluralisme et l’indépendance des médias. Elles ont assimilé le lock-out opéré pendant deux jours par la direction du journal à une ’censure pure et simple’, portant atteinte au droit des lecteurs de L’Avenir à accéder à l’information», indique la FEJ dans son alerte.

Cette plateforme a pour objectif de permettre au Conseil de l’Europe «d’être informé à temps, de manière plus systématique et d’agir de façon rapide et coordonnée quand cela s’avère nécessaire», précise l’institution.

► Restructuration à «L’Avenir»: l’assemblée générale du personnel reportée, les représentants des journalistes réclament plus de garanties

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le raisonnement est connu, en substance
: le paysage politique hérité des élections du 26 mai est ingérable.

    Le scénario qui circule pour le gouvernement fédéral: un retour aux urnes en janvier-février 2020

  2. D’application pour cette rentrée 2019-2020, une circulaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles sur la gratuité scolaire laisse la liberté aux parents de choisir les marques de matériel.

    Ces fournitures de rentrée que l’école ne peut imposer

  3. La personnalité forte de Jean-Marc Nollet a freiné certaines. Et succéder à la coprésidence réussie de Zakia Khattabi n’est pas simple non plus.

    Ecolo: pourquoi il fut difficile pour Jean-Marc Nollet de trouver une colistière

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Crise politique italienne: «Mon cher Matteo»

    C’est curieux, la vie. C’est le jour de sa démission que Giuseppe Conte est vraiment devenu Premier ministre. Traduisons : dans son discours devant le Sénat italien, Conte a pour la première et la dernière fois (sauf s’il est à nouveau appelé aux affaires) été à la hauteur de sa mission, qui aura duré 14 mois.

    Salvini au pilori

    Ce mardi, en effet, pendant une demi-heure, l’obscur avocat non élu que personne ne...

    Lire la suite