Lock-out à «L’Avenir» : la Fédération internationale des Journalistes alerte le conseil de l’Europe

© Photo News
© Photo News

La Fédération internationale des Journalistes (FIJ) et la Fédération européenne des Journalistes (FEJ) ont alerté la «Plateforme pour renforcer la protection du journalisme et la sécurité des journalistes» du Conseil de l’Europe à la suite du «lock-out» survenu aux Editions de L’Avenir en début de semaine, peut-on lire jeudi sur le site internet de l’institution basée à Strasbourg.

Les quotidiens des Editions de L’Avenir n’étaient pas parus mardi et mercredi à la suite d’une action du personnel lancée lundi soir. Les travailleurs contestaient les licenciements secs de trois journalistes qu’ils estimaient «ciblés», ce que la direction a toujours nié.

Mercredi, le personnel avait décidé en assemblée générale de reprendre le travail «en signe d’ouverture». La direction avait toutefois décidé de conditionner cette reprise à la conclusion d’un accord social. Celui-ci est intervenu dans la nuit de mercredi à jeudi mais doit encore faire l’objet d’une approbation par l’assemblée générale du personnel.

Dès lundi soir, les membres de la rédaction s’étaient vus privés de leurs moyens de communication. Le système n’a été rétabli que tard mercredi, permettant toutefois la parution de l’édition du jeudi.

«Les organisations représentatives des journalistes ont dénoncé le ’muselage’ de la rédaction de L’Avenir et les menaces sur le pluralisme et l’indépendance des médias. Elles ont assimilé le lock-out opéré pendant deux jours par la direction du journal à une ’censure pure et simple’, portant atteinte au droit des lecteurs de L’Avenir à accéder à l’information», indique la FEJ dans son alerte.

Cette plateforme a pour objectif de permettre au Conseil de l’Europe «d’être informé à temps, de manière plus systématique et d’agir de façon rapide et coordonnée quand cela s’avère nécessaire», précise l’institution.

► Restructuration à «L’Avenir»: l’assemblée générale du personnel reportée, les représentants des journalistes réclament plus de garanties

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BRITAIN PARLIAMENT EU BREXIT

    Brexit: l’Union européenne attend que Londres lui communique ses intentions

  2. d-20191019-3WR6J0 2019-10-19 19:03:55

    Ahmed Laaouej, président du PS bruxellois

  3. «
Le corps des femmes reste un champ de bataille partout, que ce soit en France, au Maroc, mais aussi aux États-Unis, en Argentine...
», juge Leila Slimani.

    Leïla Slimani: «Le corps des femmes reste un champ de bataille partout»

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite