Accueil Société Régions Bruxelles

Quitter Bruxelles: un peu par choix, souvent par contrainte

Charles, Laura, Nabile, Dominique : tous sont bruxellois, tous ont quitté la capitale. Les plus nantis se sont installés en périphérie de la capitale, les autres ont dû s’en éloigner pour trouver un logement abordable, loin de ce qu’ils connaissaient.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 9 min

Quand j’étais petite, j’habitais dans la banlieue d’une petite ville finlandaise où on jouait dans les rues. Je retrouve un peu cela, ici, à Rixensart. Il y a des maisons avec de l’espace, des jardins ; c’est sécurisé pour que les enfants puissent jouer. » Après avoir vécu à Bruxelles pendant plus de dix ans, Laura, jeune interprète trentenaire, vient d’emménager, avec son compagnon Charles, dans la petite commune huppée du Brabant wallon.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par VINCENT Patrick, samedi 9 mars 2019, 10:27

    @Bayens Remi, je suis 100% d'accord avec votre analyse. J'ai eu la chance, tardivement, de pouvoir quitter Bxl pour le BW, j'habitais également Laeken (pendant 25 ans , près de l'Atomium) j'ai vu le quartier changer malheureusement pas dans le bon sens, le trafic de voiture et l'agressivité s'intensifier, le quartier devenu chaque jours de + en + sale. C'est sans compter que contrairement à ce qui a été dit , il faut plusieurs voitures pour aller travailler : 5min en voiture pour aller travailler à Berchem, 50 min en transport en commun et sans compter son insécurité ...chercher l'erreur.

  • Posté par Bricourt Noela, vendredi 8 mars 2019, 18:59

    Cela aurait dû rester un choix. Mais il y a de beaux quartiers un peu partout. Et selon les chiffres du Soir le revenu moyen à Bruxelles est inférieur au revenu moyen en Wallonie.Il existe pas mal de clichés. Charleroi est une ville qui bouge beaucoup et qui pourrait attirer .

  • Posté par Bayens Remi, vendredi 8 mars 2019, 17:48

    J'habite Bruxelles depuis 1960 et suis devenu propriétaire d'une maison bel-étage avec jardin et garage depuis les années 80. Nous voyons notre quartier changer complètement. Nos politiques se concentrent sur la cité modèle et nous ignorent complètement. Difficultés journalières de pouvoir sortir la voiture du garage, nous avons été victime de cambrioleurs, les magasins de proximité disparaissent, plus d'esprit de quartier, la constructions de nouvelles tours de la 'cité modèle'. Services de la commune (Laeken) peu performants, nuisances, les oiseux visiteurs de notre jardin disparaissent etc.. Nous payons le double du revenu cadastral des grandes villas d'en face , l'augmentation du revenu cadastral de 5% augmente encore le différentiel en euros réels. Je suis maintenant trop vieux pour déménager mais ce n'est pas l'envie qui manque. Les raisons que j'ai évoquées sont aussi des éléments importants qui font que les bruxellois quittent Bruxelles.

  • Posté par Van Obberghen Paul, vendredi 8 mars 2019, 17:44

    Ceux qui quittent la ville pour la grande banlieue ne pensent pas forcément à tout ce que cela induit. Certes, vivre à Bruxelles est plus cher qu'ailleurs. Il faut se contenter d'un appartement plus petit et tous les quartiers ne sont pas des plus calmes. Mais pour peu qu'on y travaille aussi, à vivre en ville on peut facilement se passer de voiture et utiliser les transports en communs, la micro-mobilité ou les voitures partagées quand il n'est vraiment pas possible de faire autrement, et ce, même avec des enfants. A "la campagne", ou dans les grandes banlieues vertes, la voiture devient indispensable et souvent 2 voitures sont nécessaires. Par ailleurs, si c'est très agréable de bénéficier d'un beau jardin, une maison, à moins qu'elle ait été "blindée" au niveau de l'isolement, c'est beaucoup plus cher à chauffer et à entretenir qu'un appartement qui bénéficie souvent des appartements voisins pour l'isolation. Et il ne faut pas croire que la campagne est beaucoup moins polluée que la ville; c'est rarement le cas. Evidemment, quand on a les moyens, on peut se permettre ce genre de chose. Mais quand le budget est plus limité, pas question de maison avec un jardin, ou alors tout riquiqui. C'est peut-être habiter dans une autre ville, avec les mêmes inconvénients de Bruxelles, mais pour moins cher.

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs