Il y aura un procès Publifin pour dix membres des comités de secteur

André Gilles, alors président de Publifin, a du expliquer les dérives des comités de secteur devant une commission d enquete au Parlement wallon © Belga
André Gilles, alors président de Publifin, a du expliquer les dérives des comités de secteur devant une commission d enquete au Parlement wallon © Belga

Dix des 39 membres des comités de secteur et du conseil d’administration de l’intercommunale Publifin qui faisaient l’objet d’une procédure judiciaire sont cités en correctionnelle par le parquet général de Liège, rapportent vendredi les journaux du groupe SudPresse.

La procédure pénale se poursuit à leur encontre parce qu’ils refusent de signer ou n’ont pas encore signé la transaction que le ministère public leur a proposée pour éteindre l’action publique. Les préventions retenues sont la prise d’intérêt et le détournement commis par une personne exerçant une fonction publique.

Publifin change de nom et s’appellera désormais Enodia

Le dossier avait éclaté fin 2016 par la révélation des rémunérations que percevaient plusieurs mandataires publics pour des réunions auxquelles ils ne participaient pas ou peu. Jusqu’à présent, 26 transactions ont été payées et trois autres vont l’être, pour un montant total de 170.000 euros.

Que risquent les 10 membres cités en correctionnelle ?

«  Notre but a toujours été le même : donner un avertissement mais ne pas tuer les gens », commente le procureur général Christian De Valkeneer dans SudPresse, considérant que la transaction pénale est le moyen idéal pour rappeler la norme dans ce cas-ci.

Publifin : le CDH liégeois « s’insurge » contre les nominations au sein de Publipart

Pour prétendre pouvoir bénéficier d’une telle transaction, il faut avoir indemnisé Publifin ou que Publifin renseigne au parquet général qu’elle n’a pas été lésée par la personne visée. L’intercommunale avait réclamé aux membres des comités de secteur le remboursement de près de 290.000 euros en octobre 2017, sur un peu plus d’un million d’euros nets perçus par les 26 membres des comités.

Parmi les 10 personnes citées en correctionnelle, celles qui n’auront pas d’ici au prononcé accepté la transaction risquent une amende plus importante et, en cas de condamnation, une peine inscrite au casier judiciaire. Le bourgmestre d’Engis, Serge Manzato (PS), a déjà annoncé son intention de se défendre en justice.

Début 2017, Publifin chouchoutait encore ses administrateurs

Sur le même sujet
PublifinSystème judicaire
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour la première fois depuis des temps immémoriaux, on aura vu un vrai mouvement citoyen bousculer totalement l’agenda politique et imposer le thème du climat. © Photo News.

    Elections 2019: non, cette campagne n’était pas ennuyeuse

  2. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

  3. liste citoyenne

    Elections 2019: les mouvements citoyens vont-ils exister?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Un an de RGPD. Et de culture numérique européenne

    Le 25 mai 2018 entrait en vigueur l’un des textes majeurs de cette législature européenne : le RGPD. Né dans la douleur, quelques mois après le traumatisme Cambridge Analytica, ce Règlement général sur la protection des données affichait haut et fort ses ambitions. En gros : réguler l’usage de ce nouveau carburant de l’économie numérique. Et empêcher ses acteurs de fouiller indûment dans les tiroirs de notre intimité. Le RGPD consacrait en quelque sorte un droit bétonné depuis 1948, celui du respect de la vie privée....

    Lire la suite